Une économie occidentale prise entre le feu...

Pris "entre feu et glace", les marges de manœuvre des gouvernements deviennent en effet très étroites.
La hausse des prix de l'alimentaire frappe de plein fouet les pays pauvres.
DSK a également souligné que la hausse des produits alimentaires allait rendre plus difficile les efforts de réduction de la pauvreté dans le monde et pouvait être source de tensions en particulier en Afrique et en Asie. Sur le court terme il sera probablement nécessaire d'aider les nations les plus pauvres à financer les achats de nourriture ; sur le plus long terme il faudra lever les obstacles limitant l'offre alimentaire mondiale.

Croissance économique et poids politique
Selon le FMI, la croissance américaine en 2008 devrait se situer autour de 0,5 % ; elle devrait entraîner partiellement dans son ralentissement l'ensemble de l'économie mondiale, y compris celles des pays émergents ; l'Asie pourrait perdre 1,7 point de croissance mais resterait tout de même à un niveau supérieur à 6,2 %. Soulignant ainsi le rôle croissant des pays émergents dans l'équilibre économique et financier international, DSK a évoqué les transformations en cours au sein du FMI devant conduire à une représentativité et des droits de vote renforcés pour ces pays. Selon DSK, ces changements devraient conduire d'ici la fin de l'année à la première réforme en profondeur d'une institution onusienne.
Cet optimisme est reçu avec prudence par les pays concernés. Le ministre argentin de l'Economie, Martin Lousteau, juge par exemple que le projet de réforme des droits de vote est un premier pas "vraiment modeste" vers une plus grande représentation des pays du Sud.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut