" Une discrimination indirecte "

Son directeur dans le Rhône, Loïc Rigaud, voit dans ces interdictions une discrimination déguisée. " Cette interdiction empêche les personnes de confession religieuse ou autre qui portent des foulards ou des chapeaux à rentrer dans cet établissement. C'est pour nous un critère illégal dans la loi " a réagit le responsable de SOS racisme à Lyon, dans l'après-midi. Hier, l'avocat maître André Vianes, qui avait rejoint l'équipe de Perben lors des dernières élections municipales, avait déclaré que " ces interdictions rentrent dans un règlement intérieur. Ce sont des règles claires qui ne visent pas une catégorie de personnes mais des tenues vestimentaires. Il n'y a ici aucune discrimination ". De son côté, le gérant du bowling n'a pas souhaité nous répondre.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut