Un vide-grenier à Lyon au profit de l'Institut Léon Bérard

L'un des premiers vide-greniers d'automne organisés à Lyon, sport local très pratiqué, l'est au profit du service pédiatrique du centre contre le cancer Léon Bérard. Une excellente raison pour venir flâner place des Célestins.

Guillaume Séchet, le météorologiste de meteo-lyon.net promet un dimanche "plutôt ensoleillé" et un agréable 25°C pour dimanche. De quoi ravir les associations Célestins Demain, Habiter rue Mercière et le conseil de quartier Bellecour-Cordeliers qui organisent, ce 30 septembre, une vide-grenier sur la place des Célestins.

Soit dit en chinant, c'est probablement le vide-grenier le plus séduisant de Lyon (il y en a quatre ce même jour en ville), le cadre des Célestins n'ayant peu ou prou d'équivalent architectural.

Au-delà du cadre enchanteur, c'est l'esprit qui pousse Lyon Capitale à soutenir l'événement : tous les bénéfices seront en effet reversés au centre de lutte contre le cancer Léon Bérard, un hôpital 100 % dédié à la cancérologie (en son sein, le centre de recherche en cancérologie développe un programme spécifique sur les cancers pédiatriques ; or, sans les dons d'association, les financements ne sont pas suffisants).

Dimanche 30 septembre, soixante-cinq exposants investiront la place des Célestins, de 8h00 à 18h00. Soit centre quatre-vingt mètres linéaires, de quoi faire quelques affaires.

Au fait, pourquoi les vide-greniers ? "L’origine des vide-greniers remonte à l’époque où les serviteurs des maisons bourgeoises récupéraient les vieux objets que les maîtres acceptaient de leur donner, explique Octave Debary, professeur d’anthropologie à l’université Paris Descartes (in Vide-greniers, Philippe Gabel, Octave Debary, Howard S. Becker, avril 2011, Éditions Créaphis). L’esprit n’est donc pas de s’enrichir en vendant, mais bien de se débarrasser. D’ailleurs, une des singularités, c’est que le prix de vente est négocié. Il est à entendre comme un accord sur la transmission de l’objet que l’on accepte de céder à bas prix à une personne qui en partage une même connaissance."

Tout est dit.

à lire également
Patrick Timsit, à l’affiche des Célestins avec une adaptation du “Livre de ma mère” d’Albert Cohen © Tim Douet / Pascal Victor (montage LC)
Depuis plus de dix-huit mois, il parcourt la France avec un spectacle adapté du “Livre de ma mère” d’Albert Cohen. Écrit en 1954, un an après la mort de la mère de l’auteur, le texte est un hommage bouleversant et universel à toutes les mères. Patrick Timsit le propose seul sur scène, fin janvier au théâtre des Célestins.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut