Un festival de cinéma entre Rhône et Saône ?

Fan de cinéma, je me prends à réver d'une grande fête du cinéma à Lyon, avec acteurs, réalisateurs vedettes, strass, paillettes et plus value culturelle pour la ville et ses habitants.

Toutefois ceci serait aller un peu vite en besogne. Organiser un festival de cinéma pose de nombreuses difficultés, dont deux qui selon moi peuvent transformer cette belle idée en véritable cauchemar pour la réputation de notre ville.

Premier problème, le nombre astronomique de festivals. Certains d'entre vous doivent connaître, Avoriaz, Gerardmer, Berlin, Cannes, Venise, voire soyons fous, Annecy pour ne citer que les plus grands et quelques festivals nationaux. Mais en revanche qui connait Hors écran ou les Innatendus à Lyon, le festival du film documentaire de Marseille, le festival de Belfort ou de Toulouse ? Personne. Se faire une place au soleil dans ce magma nébuleux ne sera pas chose facile.

Deuxième problème qui en est la résultante, l'image pour notre ville d'un festival au rabais. Nombre de films, pour attirer le gogo, exhibent fièrement sur leur affiche ou sur leur DVD des prix dans le genre : " Festival international inter urbain du film malgacho-kirghiz de Baton Rouge ". J'éxagère, mais pas de beaucoup. Ces distinctions sont du dernier désolant, un peu comme la nuée de prix littéraires qui ne manque pas de polluer le choix des lecteurs.

Autrement dit, oui pour un festival de cinéma à Lyon mais seulement pour un vrai festival, avec de vrais moyens, pas un succédané miteux de festival " pour la frime ". La ville des frères Lumière, inventeurs du cinéma, mérite mieux que cela.

PS : Mes excuses au cinéma kirghiz, cinéma de qualité dont j'ai vu le remarquable Saratan lors du très sympathique festival Asiexpo qui se déroule chaque année dans notre ville. Mes excuses aussi au cinéma malgache.

Quentin Thevenon

www.quentin-thevenon.com

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut