IMG_9584
@ Floriane Salgues

Un bateau français pour Gaza fait escale à Lyon

Guy Fischer, sénateur communiste du Rhône

@ Floriane Salgues

REPORTAGE - A l’heure où la bande de Gaza est de nouveau au centre d’un affrontement armé israélo-palestinien, plus de 60 associations, partis politiques et syndicats français se mobilisent autour du projet "Un bateau français pour Gaza". Lors de la conférence de presse du vendredi 25 mars, le Collectif 69 Palestine a révélé la programmation du concert solidaire du jeudi 31 mars, et a mis en lumière le soutien des élus lyonnais de gauche aux habitants de Gaza. Un reportage musical et politique.

Sur le pont de la Péniche du Val de Rhône, vendredi 25 mars, musique engagée et discours politiques donnent le ton de la mobilisation rhônalpine autour du projet national "Un bateau français pour Gaza". Les associations et hommes politiques du département ont, pour l’occasion, accordé leurs violons : le blocus de la bande de Gaza doit cesser, et un bâtiment portant pavillon français fera donc parti du convoi de la prochaine "Flottille de la Liberté". A son bord, pas – ou peu – de matériel humanitaire, mais des hommes politiques et des intellectuels chargés de porter la voix de la France, pays sensible au respect des droits de l’Homme, surtout hors de ses frontières. Du côté des associations, on le reconnaît : le nonagénaire Stéphane Hessel, ambassadeur de France de ce bateau pour Gaza – et déjà connu pour son indignation contre Israël – serait fortement apprécié à la proue du navire. Mais, le choix des matelots n’est pas encore à l’ordre du jour. La priorité est à la collecte des 450.000 euros nécessaires à l’achat du bateau. 100.000 euros manquent encore à l’appel.

Conférence symbolique pour concert solidaire

@ DR

@ DR

Parler de l’envoi d’un bateau français en direction de Gaza, sur une péniche du Rhône : "un geste symbolique" pour Jérôme Faynel, président du collectif 69 de soutien au peuple palestinien. La conférence s’ouvre par un intermède musical intimiste. Le Trio Soulaÿres entame, en acoustique, la chanson D’ici et d’ailleurs : douce mélodie et texte dénonciateur à propos de l’expulsion des sans-papiers. Une mise en appétit pour le concert solidaire du jeudi 31 mars à 18 heures, à la Bourse du Travail de Lyon. Au programme ce soir-là, la chanteuse Karimouche (Chansons françaises / Hip Hop), le Trio Bassma (Oriental / Jazz, Musique du Monde), Lofti Double Kanon (Rap algérien) et Z.E.P. (Rap français / Hip Hop). Des artistes engagés qui se produiront sur la scène lyonnaise à titre gracieux. Les places sont vendues 12 euros, et une collecte de dons sera également organisée.

Indignation

Même son de cloche révolté parmi les politiques. "Depuis juin 2007, rappelle Guy Fischer, Vice-président du Sénat et sénateur communiste du Rhône, la bande de Gaza et ses 1,5 millions d’habitants subissent un blocus indigne, condamné à de nombreuses reprises par les instances internationales, notamment par les Nations-Unies, créant une pénurie régulière notamment en médicaments et en eau." Et de souligner, en cascade, l’absence de sanctions effectives de la communauté internationale ; l’accueil violent de la précédente "Flottille de la Liberté" arraisonnée en mai 2010 ; et l’improbabilité qu’Israéliens et Palestiniens ne fassent la paix seuls. Un discours auquel souscrivent pleinement les trois membres d’Europe Ecologie-les Verts, Pierre Hémon, Claude Colin et Ahmed Benferhat, présents sur le pont non pas en tant qu’adjoint à la Mairie de Lyon, au maire de Corbas ou à celui de Saint-Fons, mais en tant que citoyens prêts à briser le blocus de Gaza. La cause palestinienne semble avoir trouvé son écho dans le Rhône.

____________________________________________________________________________________

Concert solidaire "Un bateau français pour Gaza", jeudi 31 mars à 18h à la Bourse du Travail de Lyon (Place Guichard Lyon 3e, métro Guichard - Entrée : 12 euros - Les béné­fi­ces seront inté­gra­le­ment rever­sés au bateau fran­çais pour Gaza. Contacts : pales­ti­ne69@wana­doo.fr. Soirée soutenue par Stéphane Hessel.

à lire également
La route D44 à Gleizé
Dès le 1er juillet 2018, les routes bidirectionnelles (sans séparateur de voies) seront soumises à une vitesse maximale autorisée de 80km/h au lieu des 90 en vigueur. Dans un rapport publié le 18 avril, ils soumettent une alternative. Ils avancent l’idée que la décision de baisser la vitesse devrait revenir aux conseils départementaux.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut