Photo d’illustration – Parc éolien © Loic Venance / AFP

Transition énergétique : l'Auvergne-Rhône-Alpes parmi les mauvais élèves selon Greenpeace

Greenpeace a publié ce jeudi un tableau des régions françaises selon leur dynamique de réduction de consommation d'électricité. L'Auvergne-Rhône-Alpes est "très en retard" dans sa transition énergétique selon l'ONG.

L'Auvergne-Rhône-Alpes (Aura) a encore du travail. Ce jeudi, Greenpeace a publié un tableau passant au crible chaque région au sujet de sa dynamique de réduction de consommation d'électricité. L'organisation non gouvernementale (ONG) se base pour cela sur plusieurs critères en prenant en compte la situation géographique, démographie, l'industrialisation ou encore le potentiel de production renouvelable de chaque territoire.

Quatre conditions (réduction de la consommation d’électricité, développement de l’éolien et du photovoltaïque) ont été passées au peigne fin. Globalement, la note n'est pas bonne pour la France.

O/10 pour l'Aura

Un résultat dû notamment à plusieurs régions comme la Bretagne, la Corse, la Nouvelle-Aquitaine, les Pays de la Loire, l’Occitanie et l'Aura. Ces dernières ont augmenté leur consommation entre 2013 et 2019, ce qui leur vaut la note de 0 sur 10 de la part de l'ONG.

L'Auvergne-Rhône-Alpes est donc considérée comme "très en retard" dans sa transition énergétique. Cela s'explique notamment par le manque de développement de l'énergie éolienne (terrestre et maritime) et photovoltaïque d'après Greenpeace. Sur ces deux aspects, la région figure parmi les mauvais élèves de l'Hexagone.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut