montagne

Tourisme en montagne : ceux qui ont résisté à la pluie

La météo maussade a gâché une saison qui s'annonçait très belle. Le sud des Alpes a été un peu mieux préservé que le nord. Certaines stations ont tiré leur épingle du jeu.

Douche froide pour le tourisme de montagne : en juillet, pas moins de 20 jours de pluies ont été à déplorer dans les Alpes du Nord. "L'été s'annonçait très favorablement avec des taux de réservation en hausse au mois de juin", précise pourtant France Montagnes, une association qui regroupe les stations de ski. Refroidis par la météo, des vacanciers ont annulé. Pour autant, la catastrophe a été évitée, avec un mois d'août un peu plus favorable.

76 % des professionnels de l'Isère jugent cet été moins bon que l'an dernier. Dans les Alpes du Sud, un peu moins pluvieux, les activités intérieures (patinoires et piscines) ont progressé de 2 %, ainsi que les remontées mécaniques et les VTT (+ 3 %). "L'un des atouts indéniables des stations, ce sont les infrastructures couvertes, déjà exploitées l'hiver et qui, en cas de météo défavorables, sont largement exploitables l'été : piscines, centres aqualudiques, patinoires, bowlings, cinémas...", estime Bruno Cordonnier, directeur des exploitations chez Pierre&Vacances.

Michel Giraudy, président de France Montagnes, observe que "les stations possédant un événementiel fort et impactant maintiennent leur taux de fréquentation". C'est ainsi le cas de la Coupe du Monde VTT de Méribel ou du festival "Au bonheur des Mômes" au Grand-Bornand. Le Tour de France a aussi dopé l'affluence dans les stations en juillet.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut