TLM : les salariés ne veulent pas d'Aulas

Les salariés de TLM ne veulent pas être rachetés par l'OL. Ils ont présenté leur propre proposition de reprise à leur actionnaire de référence, Le Progrès, qui pourrait se décider dans les prochains jours.

Annoncée depuis un an, la vente de TLM par Le Progrès semble se rapprocher. Le groupe de presse ne veut plus d'une chaîne qui a perdu 5 millions d'euros depuis sa dernière recapitalisation il y a trois ans, même si les chiffres s'étaient nettement améliorés l'année dernière (1,4 million de pertes en 2009, contre 1,7 million en 2008). Devant les difficultés rencontrées pour trouver un repreneur, Le Progrès a progressivement revu ses ambitions à la baisse et accepterait aujourd’hui de céder TLM pour un euro symbolique.

Il ne lui reste plus qu’à choisir le repreneur. Trois offres ont été déposées : une première émane de Bernard Krief Consulting (Cap 24) et une seconde de l'OL. Ces deux offres s’accompagneraient d’un plan social sur la majorité des 22 salariés de la chaîne de télévision locale (32 équivalents temps plein avec les intermittents). Dans un communiqué, le personnel annonce qu’il privilégie la troisième offre, présentée par l'actuel directeur général Jean-Pierre Vacher. Soutenue par “un beau tour de table d'entreprises locales”, selon la confidence d'un salarié, cette offre ne prévoirait que 5 licenciements.

Le délégué du personnel, Emmanuel Berard, confirme que tous les salariés de la chaîne soutiennent cette solution, mais confie ses inquiétudes : “Au point de vue économique et social, il n’y a pas de raison que notre offre ne soit pas privilégiée. Maintenant, il y a des choses qu’on ne maîtrise pas, comme un possible accord de collaboration entre l'OL et Le Progrès”. Un autre salarié de la chaîne livre un pronostic : “Personne ne croit à l’offre de Bernard Krief, c'est du 50-50 entre l'OL et nous”.

Dans un communiqué, les salariés ont affichés leurs "doutes" quant à l’offre de l’OL "qui apparaît comme la plus dure en termes de licenciements". Ils craignent que le club de football ne cherche qu'à "asseoir la notoriété du média OL TV" et ferait "disparaître, à terme, le caractère pluraliste, local et généraliste de TLM." Contacté, l'Olympique Lyonnais ne souhaite faire "aucun commentaire". Selon Emmanuel Berard, Le Progrès aimerait finaliser la vente “fin février”, ce qui impliquerait une décision dans les tous prochains jours.

à lire également
Bertrand Traoré en pleine action, contre Bordeaux, le 28 janvier 2018 © Nicolas Tucat / AFP
Du Burkina à l’Europe, Bertrand Traoré (22 ans) se plonge dans ses souvenirs pour Lyon Capitale. Une trajectoire rapide pour l’attaquant de l’OL, très imprégné par sa culture africaine.
40 commentaires
  1. pilou - 4 février 2010

    Quelle est cet envie irrépressible de lyon capitale de toujours vouloir tayez systématiquement aulas et la gauche en général. Au moins vouss en sait pour qui vous roulez. Je comprend pas pour tant aulas est de droite, mais le probléme c'est que collomb un mec de gauche le soutienne? Alors que la droite des meunier( erzat robin des bois) and co )sont contre. Ou peut être le problème vient Christian Latouche patron de fiducial, (entreprise concurrente de la cegid de aulas) et par ailleurs propriétaire de ce quotidien est obligé de déverser sa propagande, tel un dassault au figaro.

  2. La rédaction - 4 février 2010

    Le débat est libre sur lyoncapitale.fr, mais les commentaires n'appartiennent qu'à leurs auteurs.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut