Centre de dépistage coronavirus du Palais des Sports de Gerland.

Tests massifs avant Noël : après la polémique, Lyon va finalement accueillir 5 nouveaux centres de dépistage

La ville de Lyon a accepté l'installation de cinq nouveaux centres de tests pendant la campagne de dépistage massive avant Noël menée par la région Auvergne-Rhône-Alpes. Laurent Wauquiez, le président de la région, et Grégory Doucet, le maire de Lyon, avaient ces derniers jours publiquement affiché leurs divergences sur cette campagne de tests massifs.

Jeudi, Laurent Wauquiez, le président de la région, a dévoilé  les contours de la campagne de tests massifs contre le covid-19 dans la région avant Noël, entre le 16 et le 23 décembre. 1300 nouveaux centres de tests vont être installés pour l'occasion (dont dans près de 500 lycées), en plus des 1300 déjà existants dans la région. Plus de 2,2 millions de tests ont été commandés.

Lire aussi : Tests massifs avant Noël à Lyon et dans la région : l'impressionnant dispositif, tout ce qu'il faut savoir

La semaine dernière, le maire écologiste de Lyon, Grégory Doucet, avait raillé cette campagne de la région, dénonçant une proposition de la région "pas appropriée, pas assez travaillée, pas assez concertée". "Le test en masse avant Noël n'est pas le choix le plus approprié. J'ai un doute sur ce qui est proposé (par la région). Ce choix ne nous paraît pas opportun". Lyon, comme Villeurbanne, défendaient une stratégie de "testing massif" après Noël. Pas avant.

"Pour nous, ce n'est toujours pas la bonne stratégie" (ville de Lyon)

Laurent Wauquiez avait évoqué le sujet "lyonnais" ce jeudi. "J'attends toujours la réponse (de la mairie de Lyon). Comme on ne veut pas que les Lyonnais soient privés de cette possibilité, on sera dans des gares à Lyon, un centre de test sera déployé à l'Hôtel de région à Confluence, on sera au musée des Tissus et dans deux mairies d'arrondissement, la mairie du 2e et celle du 6e)". Le 2e et le 6e, les deux seuls des neufs arrondissements lyonnais tenus par la droite. Wauquiez s'est également réjoui que des grandes villes tenues par la gauche, Grenoble, Clermont-Ferrand ou encore Annecy, aient répondu favorablement à la demande de la région.

D'après Le Progrès, la ville de Lyon a finalement donné son accord pour l'installation de cinq nouveaux centres de dépistage pendant cette semaine de tests : place Carnot (Lyon 2e), place Valmy (Lyon 9e), parc de la Tête d’Or (Lyon 6e), place de Francfort (Lyon 3e) et place de la Croix-Rousse (Lyon 4e). En plus de tous les centres déjà existants (palais des sports de Gerland, laboratoires, pharmacies, hôpitaux etc...)

"Pour nous, ce n'est toujours pas la bonne stratégie. Les tests antigéniques, ce n'est pas idéal. Nous invitons plutôt les gens à se faire tester PCR au palais des sports de Gerland. Nous n'investissons pas d'argent public là-dedans. Laurent Wauquiez organise et nous n'avons aucune raison de le bloquer dans cette initiative", précise le cabinet du maire de Lyon dans les colonnes du quotidien régional.

Lire aussi : Guéguerre entre Doucet et Wauquiez : faut-il tester en masse à Lyon et dans la région avant Noël ? On vous explique tout

1 commentaire
  1. noisette - ven 11 Déc 20 à 16 h 29

    5 centres pour 750 000 habitants..... C est bien peu.
    On va devoir aller ailleurs.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut