Quartier Tony Garnier, mur peint – © Tim Douet

Squats dans le 8e à Lyon : le Musée Tony Garnier sonne l'alerte

“Squateurs, règlements de comptes, milices locales”, l'équipe du Musée Urbain Tony Garnier appelle à l'aide les pouvoirs publics pour stopper la dégradation des conditions de vie dans le quartier du 8e arrondissement labellisé “patrimoine remarquable du XXe siècle”.

Dans un communiqué envoyé à la presse ce mercredi, le musée Urbain Tony Garnier a dénoncé la situation du quartier des États-Unis dans le 8e arrondissement. “Une situation sans précédent. De nombreux appartements de la Cité Tony Garnier, patrimoine remarquable propriété de Grand Lyon habitat, sont squattés. Ces logements sont vides depuis plusieurs années, dans l’attente d’une réhabilitation. La période de confinement semble avoir été propice pour certains réseaux qui ont organisé la prise de possession de dizaines d’appartements”, explique le musée.  

Selon la direction, “le 28 juin dernier, un règlement de compte dans un de ces squats, face au Musée, s’est terminé dans le sang, sous les yeux des habitants ahuris et les locataires de cet ensemble urbain vivent au quotidien avec un fort sentiment d’insécurité, les plus vulnérables n’osent plus sortir de chez eux, se sentant en danger”. 

Les salariés du musée qui a rouvert le 2 juin se disent inquiets. “L’agence locale de Grand Lyon Habitat qui a été interpellée tant par les habitants que par la direction du Musée, se dit au courant de la situation et aurait « lancé des procédures pour récupérer les logements squattés », mais nous n’avons aucune assurance sur l’amélioration rapide de la situation. Quant au directeur général de ce bailleur social, il reste sourd à nos sollicitations, ne daignant pas nous rappeler pour nous informer de son action. Pourtant, les locataires de la Cité Tony Garnier ont alerté très tôt leur bailleur et expliqué ce qu’ils vivent. Faute de voir la situation évoluer, ils se sont adressés récemment au Musée urbain Tony Garnier pour demander son soutien”, déplorent-ils 

Ces derniers parlent même de la création “d'une véritable milice locale” qui “traque en permanence les squatteurs indésirables qui tentent de s’introduire dans un immeuble et s’installer dans un appartement”, pour compenser l'inaction des services de l'État. “Car il ne s’agit pas là de familles sans logis qui auraient trouvé refuge, mais de jeunes adultes liés, comme ce fut le cas lors du drame du 28 juin, à des activités illicites”, précisent-ils. 

Et de conclure : “La Cité Tony Garnier est labellisée « patrimoine remarquable du XXe siècle » et à ce titre reçoit chaque année plus de 35.000 visiteurs. L’équipe du Musée défend l’idée que l’habitat social peut cohabiter avec le patrimoine et s’emploie avec passion, à mettre en valeur cet ensemble remarquable. Ce quartier emblématique est l’un des fleurons de l’architecte lyonnais, dont on vient de fêter le cent cinquantenaire de la naissance. Ne mettons-nous pas en danger ces visiteurs dont il a fallu acquérir la confiance au fil du temps ?”

4 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - mer 15 Juil 20 à 17 h 37

    Grand temps que "Grand Lyon habitat" soit repris en main.

  2. JANUS - mer 15 Juil 20 à 19 h 46

    Grand temps qu"abolition de la monnaie" s'analyse !

  3. Erik69 - jeu 16 Juil 20 à 9 h 17

    Ils sont des électeurs du nouveau maire alors ils ont tous les droits.

    1. Abolition_de_la_monnaie - jeu 16 Juil 20 à 10 h 53

      C'est faux. "ils" ne votent pas.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut