Chat
Image d’illustration JimmyDominico

SPA de Lyon : face à la hausse des abandons, la stérilisation en question

Comme tous les ans, l’été est un moment difficile pour les refuges animaliers. À la SPA de Lyon Marennes, le nombre d’abandons est en hausse par rapport à 2018.

Cette année encore, le refuge de la SPA (Société Protectrice des Animaux) de Lyon Marennes a été saturé de demandes de prise en charge. L’été est réputé pour être la saison où les abandons d’animaux sont plus nombreux. La période estivale 2019 ne fait pas exception. Le refuge situé au sud de Lyon a 45 places pour les chiens et 120 places pour les chats. Cet été, c’est 55 chiens et 180 chats qui ont été présents en simultané dans le refuge. Soit 70 boules de poils au-dessus de leur capacité d’accueil.

Par ailleurs, du 1er juin au 15 août, le refuge a accueilli en tout 310 chats et 62 chiens, soient 372 animaux. En 2018, à la même période, il y en avait 55 de moins. Or, l’année dernière déjà, Christophe Dumont-Richet, responsable de la SPA de Lyon Marennes, confiait déjà à Lyon Capitale que le refuge avait déjà recueilli quatre-vingts animaux de plus sur la période estivale, par rapport à 2017, soit une hausse de 50.6 % en deux ans. Un phénomène qui ne semble pas diminuer.

"Il y avait plus de visite au refuge"

En plus de la forte demande de prise en charge, un autre facteur entre en compte : il y a moins d’adoptions durant les vacances. Cependant,  le responsable explique le mois de juillet 2019 a été meilleur que les précédents  : "Il y avait plus de visite au refuge, même si ça ne débouchait pas forcément sur des adoptions. D’habitude, on a une période de creux durant le mois de juillet". Ainsi, on relève l’adoption de soixante-dix animaux cet été, quatorze de plus par rapport à juillet 2018. "On est content, parce que cela nous permet de prendre en charge d’autres animaux". Pour pouvoir accueillir, il faut des départs et c’est l’adoption qui le permet.

Certains animaux sont également pris en charge par des familles relais de la SPA, des hôtes temporaires, qui recueillent notamment les chatons : "Ces familles gardent les animaux qui grandissent, avant qu’ils puissent nous revenir sainement. L’été, les chatons sont donnés en masse au refuge", relate le responsable.

"On continue à sensibiliser les gens à la stérilisation"

La période estivale n’est pas un moment compliqué à cause des départs en vacances : "On recueille souvent des chattes avec une petite portée de chatons l’été. Cela demande plus d’accueil, plus de familles à leur trouver", observe M. Dumont-Richet, embêté. "On continue à sensibiliser les gens à la stérilisation. Cette méthode résout plein de problèmes : vétérinaires, de santé pour les animaux, de prise en charge… Et cela permet à tout le monde de vivre une relation saine avec son animal", ajoute-t-il, "Si les chattes étaient stérilisées, on serait moins surchargé l’été." Depuis plusieurs années, le débat sur l’obligation de stériliser les chats est régulièrement relancé. Pour l’instant, ce choix est souvent laissé à l’initiative des propriétaires d’animaux. À Marennes, les chats à l’adoption sont tous stérilisés ou doivent l’être rapidement.

à lire également
SPA ok © Tim douet_003
Au lendemain de la journée mondiale des animaux, les refuges de la Société Protectrice des Animaux de la région lyonnaise, à Brignais et Marennes, ouvrent leurs portes aux visiteurs. 
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut