Sortir du nucléaire “non responsable” du survol des sites

Alors qu’un drone a survolé jeudi pour la quatrième fois le site nucléaire du Bugey, “Sortir du nucléaire” dément formellement avoir une quelconque responsabilité dans ces agissements. L’association lyonnaise dénonce également la réaction d’un gouvernement qui “privilégie la réputation du nucléaire plutôt que la sécurité des citoyens”.

Pour la quatrième fois, la centrale nucléaire du Bugey a été survolée par un drone, jeudi 6 novembre. Le réseau Sortir du nucléaire dément toute implication dans ces survols, les jugeant "de plus en plus inquiétants".

Charlotte Mijeon, porte-parole de l'association, précise que "Sortir du nucléaire n'est pas une association pyramidale" et que "toutes les actions du réseau sont effectuées à visage découvert, afin de les exposer aux citoyens". Selon la militante, pour ces récents survols de centrales par des drones, "on est dans le flou, et on ne peut qu'émettre des suppositions à ce stade. Ce peut aller du groupe malveillant à un simple pari devenu viral".

La porte-parole pointe également du doigt l'inaction du Gouvernement et les déclarations de Ségolène Royal le 2 novembre dernier, jugeant que le "Gouvernement a fait son choix et privilégie la réputation du nucléaire français plutôt que la sécurité des citoyens". La ministre de l'Ecologie avait affirmé qu'il "ne pesait aucun risque sur les centrales à l'heure actuelle", appelant à "ne pas dramatiser".

à lire également
péage
Alors qu'un accord secret a prolongé les concessions autoroutières des sociétés françaises, dont celle de Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR), qui exploite les axes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, un lanceur d'alerte grenoblois a déposé un recours auprès du Premier ministre pour demander son annulation.
Faire défiler vers le haut