Sommet franco-italien : Hollande, Monti et les opposants à Lyon ce lundi

Lyon, la tranquille, reçoit deux présidents, Hollande et Monti, 16 ministres et des centaines d'opposants italiens et français au projet de ligne ferroviaire Lyon-Turin ce lundi. En marge du sommet franco italien qui se tient ce 3 décembre, les no-Tav, opposants historiques de la vallée de Suse, vont secouer la ville. Le programme de la journée en détails.

François Hollande est attendu à 10h à la préfecture ce lundi matin. Accompagné de Jean-Marc Ayrault et de huit ministres dont Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, Jean-Yves le Drian, ministre de la Défense.

Entretien avec Gérard Collomb

Le Président commencera sa journée par un entretien avec Gérard Collomb, le maire de Lyon, à 10h10. Accompagné de son Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, il écoutera les arguments du maire de Lyon en faveur du périphérique ouest lyonnais (Anneau des sciences), de l'A89 et du noeud ferroviaire lyonnais. Gérard Collomb plaidera aussi pour le Lyon-Turin, et le développement international de l'aéroport régional. Enfin, le sénateur-maire défendra la candidature de Lyon pour le titre de la Cité de la gastronomie.

A 11h, les entretiens bilatéraux entre ministres français et italiens débuteront en préfecture. Les infrastructures de transports et le Lyon-Turin seront évidemment au cœur des discussions. Ministres et présidents italiens et français s'entretiendront jusqu'à 12h45, l'heure du déjeuner.

A 14h15, les deux présidents tiendront une conférence de presse commune d'une durée de 45 minutes, une heure maximum devant la presse. Puis les deux délégations, italienne et française, se prêteront au jeu de la photo officielle avant de se dire au revoir vers 16h30, 16h40 maximum.

François Hollande participera ensuite à une émission de télévision enregistrée par Euronews, diffusée le soir même à 21h sur la chaîne européenne.

Manifestation aux Brotteaux à 11h

Le quartier de la préfecture à Lyon 6e sera partiellement bouclé ce lundi. Les opposants au Lyon-Turin manifesteront en effet à 11h contre le projet de ligne ferroviaire transalpine, place des Brotteaux à quelques pâtés de maison de la préfecture. Parmi eux, les anti TAV-italiens, opposants historiques de la vallée de Suze, invités par leurs homologues français de la coordination anti Lyon-Turin.

Une délégation d'opposants devrait être reçue dans l'après-midi par les présidents ou les ministres des Transports français et italien, composée notamment de Paolo Prieri, membre des no-Tav, de Daniel Ibanez de la coordination française anti Lyon-Turin, de Noël Communaud, conseiller régional de Savoie, de Sandro Plano, président de la communauté de montagne du Val de Suze et de Angelo Tartaglia, professeur à l'école polytechnique de Turin.

à lire également
Metro TCL © tim douet005
La plupart des Lyonnais sont de retour dans la capitale des Gaules. Le réseau TCL en revanche est lui, toujours en vacances. Le retour aux horaires habituels est prévu pour le 27 août, progressivement malgré tout.
6 commentaires
  1. mic1234 - 1 décembre 2012

    Dommage car je pense que le Lyon Turin serait bien utile pour faire du ferroutage, cela éviterait que les camions prennent les autoroutes et ce serait bien plus sécurisant, je ne comprend pas les oppositions.

  2. Selim - 1 décembre 2012

    La plupart des arguments des opposants sont consultables ici : http://rebellyon.info/Contre-la-ligne-Lyon-Turin-tract.htmlGrosso modo c'est un gouffre à argent public qui se retrouvera dans les poches d'une entreprise privée (Vinci), cela ne correspond à aucun besoin en terme d'infrastructure (une ligne LGV existe déjà) ou de fréquentation (cf rapport de la cour des comptes) et enfin la ligne doit passer dans une vallée dont les habitants n'en veulent pas et se battent contre depuis 15 ans.

  3. Selim - 1 décembre 2012

    Je précise qu'à l'heure où j'écris des lignes, un premier car d'opposants venus d'Italie pour le contre sommet a été stoppé à la frontière et forcé de faire demi-tour après une fouille à corps de tous les passagers. Tout porte à croire qu'il en sera de même lundi pour la manifestation. Pas facile de s'opposer aux dirigeants de ce monde quand ils ont une idée en tête, aussi absurde soit-elle...

  4. Polovert - 2 décembre 2012

    Je vois qu'il y a une très grande méconnaissance de la ligne existante entre Ambérieu et Turin via Modane. Cette ligne qui a actuellement 3,9 millions de tonnes de marchandises par an peut en transporter jusqu'à 19 M/t quelque soit la technique (ferroutage, combiné, train complet, groupage, ...). Si la Cour des Comptes a dénoncé dans un rapport de février 2012 le déficit de l'Autoroute Ferroviaire Alpine (AFA)c'est justement pour dire qu'il fallait utiliser à plein la ligne existante.

  5. Polovert - 2 décembre 2012

    Beaucoup de documents de la Coordination des opposants au Lyon-Turin se trouvent sur : http://avant-sommet-lyon-turin.com/

  6. FOurs - 3 décembre 2012

    à cette heure 3 cars italiens sont arrêtés, c'est une curieuse démocratie ! et l'espace de libre circulation des personnes en U.E. ? À écouter les arguments des opposants italiens de la frontière, leur attitude est compréhensible… Quand nous avions un ministre des transports issu de Rhône-Alpes (Perben) pendant des années : il n'a rien fait ! Et maintenant en pleine crise financière, avec une croissance-0, on voudrait se lancer dans un projet pharaonique… tout est déséquilibré dans ce projet,

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut