©Eric Le Roux : Université Claude Bernard Lyon 1

Sihem Sayah : "Astronomie gravitationnelle, optique, physique des matériaux et instrumentation" #MT180

Sihem Sayah, étudiante à l'Université Claude Bernard Lyon 1, fait partie des 13 finalistes lyonnais du concours "Ma thèse en 180 secondes". Elle proposera une synthèse de ses recherches sur l'étude de l'astronomie gravitationnelle, optique, physique des matériaux et instrumentation. Suivez en direct sa présentation en 3 minutes le 23 mars 2021 à partir de 18 heures en cliquant ici ou sur le compte facebook de l'Université de Lyon (@UdLUniversitedeLyon). 

Cette semaine, Lyon Capitale vous présente les 13 candidats lyonnais au concours international "Ma thèse en 180 secondes".

La candidate

Sihem Sayah

Son établissement

Université Claude Bernard Lyon 1

Thématique de son sujet de thèse

Astronomie gravitationnelle, optique, physique des matériaux et instrumentation

Intitulé de son sujet de thèse

Caractérisation des défauts ponctuels des miroirs hautes performances pour les détecteurs d'ondes gravitationnelles

Son parcours en 5 dates

2011 : Baccalauréat scientifique
2016 : Licence Physique fondamentale à l’université Lyon 1
2018 : Obtention Master 2 Physique Subatomique à l’université Lyon 1
2019 : Début de la thèse au sein du laboratoire LMA plateforme de l’IP2I
2021 : Concours Ma thèse en 180 secondes

L’objet de sa thèse en 3 lignes

Le but de ma thèse est l’optimisation des miroirs haute réflectivité des détecteurs d'ondes gravitationnelles Virgo et LIGO, j’étudie la formation de défauts dits "ponctuels" dans les couches minces optiques. Ces défauts de quelques microns diffusent la lumière du faisceau laser dans les cavités Fabry-Pérot des détecteurs induisant une perte en sensibilité.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

Passionnée d’astronomie et d’instrumentation, j’ai tout de suite cherché un sujet en recherche et développement dont la thématique me permettrait de travailler les deux. Le but étant de pouvoir apporter ma contribution à l’amélioration des moyens de détection. D’autant que les ondes gravitationnelles offrent une manière nouvelle de mieux comprendre notre Univers.

Pourquoi souhaitiez-vous participer au concours “Ma thèse en 180 secondes” ?

C’est suite à la formation MT180s que j’ai décidé de me présenter au concours. La vulgarisation scientifique m’intéresse beaucoup et se prêter à l’exercice avec son propre sujet de thèse est un challenge amusant.

Comment appréhendez-vous cette finale ?

Aucune appréhension particulière mais j’espère pouvoir m’amuser malgré le contexte sanitaire.

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut