Scandale financier chez Eco-Emballages : les collectivités demandent la mise sous tutelle de l'éco-organisme

L'organisme bénéficie d'un agrément de l'Etat pour financer et organiser la filière de recyclage des déchets d'emballage ménagers. Cet éco-organisme, structure privée gère l'argent public des éco-contributions, de l'argent qu'il perçoit auprès des industriels et qu'ils redistribuent auprès des collectivités.

Vendredi 12 décembre, l'association lyonnaise Amorce, qui regroupe 328 collectivités françaises et 149 professionnels pour la gestion des déchets ménagers, de l'énergie et des réseaux de chaleur, s'est fendue d'un communiqué très critique : " au-delà du gâchis financier, c'est avant tout l'impunité et le manque de contrôle d'un éco-organisme devenu hégémonique et incontrôlable qui est condamnable. Ces dernières années, Eco-Emballages a en effet pris la mauvaise habitude d'une part de s'écarter dans la forme comme dans le fond de ses missions initiales établies par agrément des pouvoirs publics, et d'autre part d'utiliser le produit du point vert comme bon lui semble (livre vert, campagne de communication, concertation des collectivités en vue desnégociations du nouvel agrément, looby) ".

'Mettre un terme à une gestion trop permissive'

L'association demande une " reprise en main d'Eco-Emballages, sous la forme d'un audit financier indépendant choisi et financé par le MEEDDAT, la mise sous tutelle par la Caisse des Dépôts et Consignation des comptes d'Eco-Emballages, mais surtout demande au Gouvernement de mettre un terme à une gestion trop permissive et bienveillante vis-à-vis d'Eco-Emballages et d'assumer de manière plus autoritaire et avec d' avantage de moyens le contrôle indépendant de ce type d'éco-organisme ".

à lire également
Michèle Rivasi © Tim Douet
L’eurodéputée EEVL de la Drôme Michèle Rivasi dénonce le scandale sanitaire du chlordécon, un pesticide neurotoxique utilisé pendant des années aux Antilles alors qu’il était interdit partout dans le monde. Ni plus ni moins qu’un “génocide” perpétré par les plus hautes sphères de l’État, explique-t-elle à Lyon Capitale.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut