Sanofi : le projet pour céder 2600 emplois épargnerait Lyon

Cet été, Le Canard enchaîné révélait que le n°2 du CAC 40 étudiait un projet de cession de 200 médicaments et des 2 600 emplois qui y sont associés.

Ce projet, baptisé “Phoenix” et présenté en comité d’investissement, fait trembler les salariés. Des médicaments considérés comme moins rentables sont sur la sellette : le Plavix, la Dépakine ou encore l’Aprovel. L’objectif, clairement énoncé dans ces documents de travail, est également de réduire la capacité industrielle en Europe. Quatre sites seraient concernés : Marly-la-Ville, Compiègne, Quetigny et Amilly.

“En cinq ans, il y a déjà 4 000 salariés en moins”

Lyon et Marcy-l’étoile seraient épargnés, la division “vaccin” et les entités commerciales de Sanofi-Aventis n'étant pas touchées. Au total, 2 600 emplois seraient concernés en France. Pour Thierry Bodin, salarié affilié à la CGT, le coup est rude : "Il faut arrêter le massacre. En cinq ans, il y a déjà 4 000 salariés en moins. C’est une hécatombe. Il y a une volonté de casse de l’outil industriel en France et de se réorienter vers des pays émergents."

“Des réflexions en cours”

De son côté, le groupe Sanofi tient à rassurer. Dans un communiqué, la Big Pharma assure qu'il ne s'agit que "de réflexions en cours en ce qui concerne les produits matures", c'est-à-dire ceux qui ne sont plus protégés par une exclusivité commerciale, mais que "rien n'est décidé".

à lire également
Pascal Le Merrer, fondateur des Journées de l’économie de Lyon © Antoine Merlet
Entretien avec Pascal Le Merrer, professeur d’économie à l’ENS, qui a fondé, à Lyon, en 2008 les Journées de l’économie, dont la 12e édition s’ouvre le 5 novembre sur le thème “Environnement, numérique, société… la décennie de tous les dangers”. Dix ans durant lesquels les économistes vont devoir “trouver un consensus” pour éviter un retour des populismes.
Faire défiler vers le haut