Saint-Fons : Christiane Demontès sur la sellette

Le tribunal administratif étudiait donc ce matin pour la seconde fois le dossier des comptes de campagne de Christiane Demontès, dans lesquels Michel Denis a décelé des 'irrégularités' que son avocat, Benjamin Gaël, a longuement détaillées ce matin. Il a notamment pointé des factures payées à une société de communication, ELC2, qui ne correspondent pas au devis de départ, ainsi que des coûts de prestations 'minorés', toujours de la part de cette société basée à Lyon, dans le 3ème. Sur cette question, Georges Ferreboeuf, directeur de ELC2, n'a pas voulu réagir ce jour. 'Je ne dirai rien tant que le juge n'aura pas rendu sa décision', a-t-il déclaré, lapidaire, et quelque peu agacé.

Pour le commissaire du gouvernement, Christiane Demontès a en effet 'bénéficié d'avantages en nature prohibés' par la loi, notamment sous forme d'affiches n'émanant pas de l'équipe de campagne de la candidate, mais appelant à voter 'à gauche, contre Sarkozy'. S'il note toutefois que l'argumentaire du requérant sur la sous-facturation des prestations de ELC2 n'est pas le plus convaincant, le commissaire a néamoins estimé que, dans sa globalité, le compte de campagne global de Christiane Demontès a été 'minoré', et 'doit donc être rejeté'.

Pour Michel Denis, ce sont de 'bonnes conclusions', car il s'agit de 'montrer l'exemple'. 'La loi est faite pour tout le monde, et je ne vois pas pourquoi les élus passeraient au-dessus', a-t-il déclaré à la sortie de la salle d'audience. Les recommandations du commissaire du gouvernement n'entraîneront
toutefois pas de nouvelles élections. Ce que 'regrette' d'ailleurs Michel Denis.

En revanche, si le juge suit cet avis, Christiane Demontès qui a fait basculer à gauche une ville détenue par la droite depuis 2001, devra sortir de son conseil municipal, abandonner par conséquent son siège de maire et, enfin, ne sera plus éligible pendant un an. 'Dans le cas où une telle décision serait prise, on fera appel', a d'ores-et-déjà annoncé Simone Majerowicz, l'avocate de la maire. La décision devrait être rendue d'ici trois semaines.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut