écluse_4_modifs_201105

Rives de Saône : ce qui attend les Grand-Lyonnais

VISUELS - Le responsable artistique du projet Rives de Saône a dévoilé, jeudi 15 décembre, l'ensemble des projets artistiques d'aménagements qui verront le jour à partir de juin 2012. 12 artistes associés à une dizaine de maîtres d'œuvre ont imaginé 8 "scènes" différentes sur 25 kilomètres entre Neuville-sur-Saône et Confluence. Revue de détail.

"Scénario pour un river movie". C'est le nom donné au projet artistique des rives de Saône. "Lorsque l'on suit ce fleuve, explique le responsable artistique, Jean-Dominique Secondi, on remarque une succession de séquences et d'images différentes, une sorte de travelling avec des entrées multiples. Notre ''river movie'' n'est pas linéaire. Il doit ressembler à un récit que chacun pourra recomposer à sa guise. Chaque visiteur pourra se faire son propre cinéma".

La Saône présente en effet de nombreux visages : tantôt calme, tantôt mouvementée, sportive en face de l'Île-Barbe avec ses clubs d'aviron, populaire et traditionnelle avec ses guinguettes à Rochetaillée-sur-Saône. Un panorama contrasté donc que l'équipe artistique, dirigé par Jérôme Sans, s'est chargée de mettre en valeur, en disséminant ça-et-là sur 50 kilomètres (25 km de chaque côté de la rivière) les quelques 24 œuvres destinées au public.

© M. Boudier pour IN SITU

© M. Boudier pour IN SITU

La Promenade des guinguettes de Rochetaillée-sur-Saône, première scène imaginée, développera une grande plage verte. Aux extrémités de la promenade, on pourra découvrir deux grands habitacles en miroir "Trompe le monde", crées par Didier Fiuza Faustino, dans lesquels les visiteurs pourront s'installer pour leur permettre d'être "soi-même dans le paysage". Au-dessus du fleuve, un escalier en zig-zag nommé "Beautiful Stairs", crée par le duo suisse Lang et Baumann, offrira un nouveau point de vue sur la Saône et les Monts d'Or, situés juste en face. Enfin, l'artiste lyonnais "Le Gentil Garçon" proposera une mise en scène de fin du monde avec la présence d'une météorite au centre d'un cratère. L'espace sera conçu ici comme une aire de jeux, avec toboggans et murs d'escalade. L'idée d'une cabane en bois dans les arbres fait également son chemin. Mais elle ne serait pas alors accessible au public.

Fontaines_PersCheminees_180511(1) ()

La deuxième séquence est attendue à Fontaines-sur-Saône où la Promenade va être imaginée comme un "salon de curiosités". Une interface sera crée entre la berge et le quai haut pour inventer un nouvel espace public. L'artiste "Le Gentil Garçon" installera ici son "Arbre à poissons". Ces derniers, en bout de branche, tourneront au gré du vent. Des "Cheminées" colorées sortiront du sol comme une forêt de roseaux pour rappeler l'activité industrielle des anciennes usines Rhodia. Les "Souches", identiques aux troncs d'arbres, représenteront des labyrinthes, ou encore des empreintes digitales, pour placer de manière symbolique, l'homme au cœur de la nature. Accrochés aux anneaux d'amarrages, visibles sur les murs du quai, les nœuds marins de l'artiste et leur signification feront voyager le promeneur dans les cultures chinoises, celtes, incas, etc.

écluse_4_modifs_201105 ()

La troisième scène se focalisera sur l'ancienne écluse de Caluire-et-Cuire et de l'Île Barbe, afin de permettre à tous d'"entrer dans la légende". Le mystère qui entoure ces lieux est approfondi par la création artistique du Stéphanois Jean-Michel Othoniel. Ce dernier a cherché à renforcer la curiosité des passants : il installera sur l'écluse, un belvédère couvert de perles de couleurs répondant face à elle aux trois lanternes lumineuses de l'île.

De l'ancienne écluse au bas-port Gillet, c'est un "chemin nature" qui sera développé pour faire vivre aux passants "l'expérience des sens et du corps". Cette partie étant la plus étroite des rives, les artistes Erik Samakh et Pascale Marthine Tayou ont souhaité immerger le public dans la nature. Une série de masques de toutes tailles, venus tout droit du Cameroun, seront exposés sur les murs des berges, végétalisés par les maîtres d'œuvre. Les "Lucioles" électroniques s'inviteront sur ces murs, et scintilleront dans l'obscurité, même en période de crue, grâce à l'énergie solaire. Les "Girouettes à crue", 2 gros rochers implantés au bord de l'eau, pivoteront selon la force du courant. Ici, ce sont les conditions du paysage qui transporteront l'œuvre. Un nouveau point de vue sur la Saône sera proposé avec une terrasse en bois en arc de cercle avancée sur le fleuve.

Au bas-port Gillet, cinquième scène du projet, l'argentin Pablo Reinoso déploiera ses "bancs tentaculaires" voués à rappeler la croissance végétale, les fils des canuts, ou encore les cordes des bateliers. Le Béninois, Meschac Gaba, inscrira au sol une série de marelles entre le quai bas et le quai haut, où chaque case représentera un pays de la francophonie, ou des blasons correspondant à la ville de Lyon. Cette séquence accueillera de nouveaux lieux de vie, jardins, cours de récréation.

Dans une volonté de "rendre l'espace public aux piétons", la 6e scène se concentrera sur le débouché de la passerelle du Palais de Justice. Un vaste parvis y sera aménagé entre la passerelle et le Palais de Justice. Face à la Saône et à Fourvière, une statue réalisée par les danois Michael Elmgreen et Ingar Gragset intitulée "The Weight of One Self" (Le Poids de soi-même) sera dressée sur le parvis.

Port de Neuville2(1) ()

La Promenade du défilé de la Saône , 7e séquence, dirigé par l'artiste japonais Tadashi Kawamata fera face à l'ancien pont d'Ainay. Afin de relier le quartier urbain et le plaisir de la contemplation, un belvédère en bois y sera érigé et une large terrasse sera mise en place pour admirer le paysage. Face au Palais de Justice, devant le parking Saint-Antoine, une double rampe en bois sera construite pour rapprocher le quai haut du quai bas. À Neuville-sur-Saône, 5 planches en bois posées tout au bord de l'eau appelleront à la détente et à la bronzette. Elles pourront servir de scènettes pour les événements du Grand Lyon.

Enfin, l'espace Kitchener-Marchand et le bas-port Rambaud, sera le 8e lieu d'innovations. Il sera doté d'un nouveau mobilier urbain, et la végétation y sera renouvelée. Côté artistique, un jeu de lumière sera développé tout au long de cette séquence. Les premières installations artistiques seront mises en place entre juin 2012 et septembre 2013.

à lire également
David Kimelfeld, lors de son élection à la présidence de la métropole – Grand Lyon, juillet 2017 © Tim Douet
À la tête de la métropole depuis dix-huit mois, David Kimelfeld accélère le rééquilibrage entre ses compétences urbaines (héritées du Grand Lyon) et sociales (récupérées du département). L’outil créé en 2015 commence selon lui à montrer les premiers signes de sa pertinence. Mais il demande aussi du temps. En creux, David Kimelfeld dresse l’inventaire de la patte qu’il a apportée à cette collectivité depuis qu’il a succédé à Gérard Collomb.
2 commentaires
  1. greg - 3 janvier 2012

    Un beau projet qui va donner un vrai souffle aux quais de Saone. Les promenades sont magnifiques et le projet va donner un vrai élan à des quartiers comme Vaise qui sont encore boudés par les Lyonnais. Ces améliorations vont attirer de nombreuses familles et dynamiser le marché immobilier local. http://www.bientotproprio.com

  2. lyonnais - 4 janvier 2012

    Ce qui a apporter un nouvel élan à Vaïse, ce n'est en rien les quais de Saône mais plus les nouveaux accès que sont le métro, le tronçon nord du Périphérique qui ont bousté le quartier de Vaïse.L'on reconnait ici la pate des visionnaires qu'étaient Messieurs Noir et Chabert! Monsieur Collomb Gérard ne les a jamais remercié d'avoir fait de ce morceau de ville un quartier boudé (encore hier) un quartier ouvert (aujourd'hui).Nous constatons qu'il est mal poli le maire actuel de Lyon!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut