la canicule à Lyon. @Antoine Merlet

Risque d'incendie, personnes âgées... comment Lyon se prépare à la canicule

Météo-France annonce un épisode de canicule sur Lyon et le Rhône à partir de ce mercredi. Des températures de plus de 38 degrés sont attendues en début de semaine prochaine. Comment se préparent les Lyonnais à ce pic de chaleur ? Témoignages.

Les prévisions sont tellement brûlantes que quand Météo-France a descendu la température estimée pour lundi 18 juillet de 42 degrés à 38 degrés, la météo semble presque devenir clémente. Mais il ne faut pas s'y tromper, la vague de chaleur qui va s'abattre sur Lyon à partir de mercredi 13 juillet, journée déjà classée en vigilance jaune pour canicule, s'annonce suffocante. Le service officiel de météorologie prévoit un pic à 37 degrés jeudi 14 juillet puis une petite accalmie avant trois jours au-dessus de 38 degrés en début de semaine prochaine.

Lire aussi : Canicule à Lyon, des experts de Météo-France décryptent la vague de chaleur à venir

À Lyon, les autorités et la population se préparent donc à ce nouveau coup de chaud, après déjà l'épisode de la fin du mois de juin. À l'est de la ville, le Grand parc Miribel-Jonage, 2 200 hectares de verdure, s'attend à un afflux de visiteurs en recherche de fraîcheur loin du béton de la ville. Cette surfréquentation cumulée à la sécheresse qui règne sur les prairies du parc augmente le risque de départs d'incendies. Comme pour chaque saison estival, les effectifs renforcés du Grand parc seront donc sur le qui-vive.

Un poste avancé de gendarmerie dans la partie du parc qui se situe dans l'Ain et un poste de police sur la plage du Morlet sont ainsi déployés pour l'été. "Cela améliore la réactivité que l'on peut avoir sur des départs de feu ou des noyades", confie Issam Benzeghiba, le président de la Segapal, le gestionnaire du Grand parc. Près de 1 000 spots de prévention vont aussi être diffusés sur les radios lyonnaises.


"On a vraiment une fréquentation en hausse depuis le début du mois de juin en comparaison de l'année dernière"

Issam Benzeghiba, président de la Segapal, gestionnaire du Grand parc de Miribel-Jonage


Suite à la vague de chaleur du mois de juin, la Segapal a déjà enregistré un fort afflux sur les plages du lac des Eaux Bleues. "Sur l'Atoll, la seule plage privée du parc et la seule où on a une borne de comptage, on a vraiment une fréquentation en hausse depuis le début du mois de juin en comparaison de l'année dernière", note Issam Benzeghiba.

Les ventilateurs s'arrachent comme des petits pains

Dans la ville, où la température ressentie pourrait dépasser nettement les 40 degrés, les autorités et les habitants aussi anticipent la canicule. La grande droguerie, échoppe bien connue des habitants du quartier du plateau sur la colline de la Croix-Rousse, écoule son stock de ventilateurs invendus lors de l'été 2021, pluvieux et frisquet. "Depuis quelques jours, les ventilateurs partent bien. On avait des stocks de l'année dernière donc on n'est pas en rupture. On vend aussi beaucoup de brumisateurs", lance un vendeur.

Vues de Lyon sous le soleil (photo : Florent Deligia)

Les coursiers à vélo de l'entreprise de livraison Fends la bise sont les premiers témoins de cette ruée vers les pales, en PVC ou en métal selon le prix d'achat. Ils transportent de plus en plus de ventilateurs dans leurs vélos-cargos. "Depuis la vague de chaleur du mois de juin, on livre beaucoup de ventilos", glisse Florent, un coursier en pause-déjeuner dans le local de l'entreprise situé dans le 3e arrondissement. Face à un mur orné de maillots vintages, les livreurs dégustent une salade de pâtes. Ils font la moue face aux prévisions météorologiques. Les cheveux dans le vent, ils craignent moins la canicule que leurs clients.

Volets fermés et bouteilles d'eau pour les seniors

Les personnes âgées sont évidemment plus exposées à la flambée du thermomètre. À quelques pas du parc de la Tête d'or, le centre Univi est à la fois une résidence pour seniors et un Ehpad. À l'accueil, une hôtesse explique qu'il est parfois difficile de convaincre les résidents autonomes de ne pas s'aventurer dehors en pleine canicule. "Il y a une dame, je lui conseille de ne pas sortir en milieu de journée, car cela peut-être très dangereux avec la chaleur qu'il fait déjà", dit-elle.

Des employés de l'établissement passent tous les jours dans les chambres pour fermer les volets. "Mais les résidents autonomes font parfois le choix de les ouvrir après, ils sont libres de faire ce qu'ils veulent", ajoute l'hôtesse. Il n'y a pas de climatisation dans les chambres, en revanche les couloirs et les espaces communs sont équipés de climatiseurs. En juin, lors du dernier pic de chaleur, des bénévoles sont aussi venus distribuer des bouteilles d'eau dans les chambres des résidents. "Je pense qu'ils renouvelleront l'opération pendant la prochaine vague de chaleur".

Une salle climatisée dans la mairie du 7e arrondissement

La Ville de Lyon bichonne également ses habitants. Dans le 7e arrondissement, la mairie ouvre une salle climatisée jusqu'au 31 août dans les locaux de la mairie située sur la place Jean-Macé. "Les seniors de notre arrondissement, mais aussi les étudiantes et les étudiants auront ainsi une salle à disposition pour lire ou travailler. C’était important, pour la Mairie du 7e, de proposer un espace tout l’été car les épisodes de canicule peuvent s’avérer fréquents et soudains", souligne Fanny Dubot, la maire écologiste du 7e.

Ce genre d'initiative va devenir au fil des ans presque la norme à Lyon. On va vers des étés de plus en plus chauds où le 40 degrés devient la norme. Les 35 degrés sont un seuil atteint très régulièrement et les 40 degrés sont régulièrement atteints", souffle Matthieu Sorel, climatologue chez Météo-France. Selon cet expert, la fréquence des vagues de canicule sera multipliée par cinq ou six d'ici quelques décennies en France si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas réduites.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut