Photo d’illustration © SEBASTIEN BOZON / AFP)

Canicule à Lyon : dans les Ehpad, "même le personnel administratif vient donner à boire aux résidents"

La vague de chaleur qui touche Lyon depuis plusieurs jours va s'intensifier à partir de lundi. Comment les Ehpad préparent ce coup de chaud ? Interview avec Sylviane Paravy, directrice du pôle restauration et hôtellerie du réseau Omeris, qui compte dix Ehpad à Lyon.

Les prévisions de Météo-France sont généralement assez fiables une semaine à l'avance. Les Ehpad, eux, anticipent leur saison estivale bien plus tôt, comme nous l'explique Sylviane Paravy. La directrice du pôle restauration et hôtellerie du réseau Omeris (dix Ehpad à Lyon).raconte à Lyon Capitale comment les Ehpad se préparent à faire face à des vagues de chaleur, comme celle qui touche Lyon actuellement.

Vos Ehpad sont-ils prêts à faire face à la canicule qui touche Lyon et va s'intensifier à partir de lundi  18 juillet ?

"Nous ne sommes pas inquiets, mais nous prenons les choses très au sérieux. Dès le mois de mai, on se prépare aux vagues de chaleur. Les directeurs de nos établissements rassemblent les équipes pour travailler sur différents points. Les techniciens de maintenance vérifient que la climatisation soit en bon état, les filtres des fontaines sont vérifiés. On commence aussi à préparer nos stocks de bouteilles d'eau.

La déshydratation est un grand danger pour les résidents ?

Oui, nos médecins réunissent les équipes avant l'été pour rappeler les règles concernant la déshydratation. On identifie trois groupes de résidents : ceux qui peuvent boire seul, ceux qui ont besoin d'une aide pour boire et enfin ceux qui ont des problèmes de déglutition. Ces derniers ne peuvent pas boire d'eau plate et nous devons leur préparer des mélanges plus épais à base d'eau.

Les médecins font aussi le point sur les traitements qui peuvent accentuer la déshydratation avec des effets diurétiques par exemple. Des traitements sont ainsi modifiés pour l'été. De manière générale, il faut amener les résidents à boire 1,5 litre par jour.


"En 2003, c'était la catastrophe. J'étais directrice d'un établissement et on avait subi"


L'Ehpad Omeris de la Part-Dieu.

Par rapport à la canicule meurtrière de 2003, qu'est-ce qui a changé dans les Ehpad ?

Depuis 2003, les Ehpad doivent équiper au moins une pièce principale de leur structure de la climatisation pour pouvoir y emmener les résidents. En 2003, c'était la catastrophe. J'étais directrice d'un établissement et on avait subi. À cette époque, on n'avait pas d'espace rafraîchi. On s'était rué dans les magasins pour acheter des ventilateurs, mais il y avait des ruptures de stock. Aujourd'hui, de nombreuses salles de nos Ehpad sont climatisées.

Malgré votre préparation, une chaleur de 40 degrés, annoncée à partir de lundi par Météo-France, n'est-elle pas difficile à affronter ?

L'approche de ces températures de 40 degrés pendant trois jours, ça amène nos équipes à être encore plus près de nos résidents. On a remplacé tous nos départs en vacances. On recrute aussi des étudiants bénévoles qui viennent distribuer des bouteilles d'eau dans les chambres des résidents. Faire boire devient une animation. Tout le monde prête main forte, même des gens de l'administratif. Ils aident nos résidents les plus autonomes, alors que les soignants font boire ceux qui souffrent de déglutition."

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut