Rhône : le 24 août, journée des oubliés des vacances

Mercredi prochain, la Fédération Rhône du Secours Populaire organise sa Journée des oubliés des vacances. 800 enfants n'ayant pas pu partir en vacances se retrouveront à Frontignan, dans l'Hérault.

Le 20 juin 1936, le Front Populaire généralisait les congés payés en France. La loi était votée à l'unanimité par les députés et prescrivait un minimum de deux semaines de congés par an pour tous les salariés français. 80 ans plus tard, les résultats d'une enquête Ipsos-Secours Populaire de 2016 révèlent que de nombreuses familles sont toujours privées de vacances. Ainsi, 1 enfant sur 3 ne part pas en vacances.

Sensible à ce constat, le Secours Populaire multiplie cette année encore les initiatives afin de permettre au plus grand nombre ces départs en vacances. C'est à la station balnéaire de Frontignan (Hérault) que la Fédération Rhône du Secours Populaire organise sa Journée des oubliés des vacances le mercredi 24 août. Cette commune, entre mer, étangs et garrigues, accueillera 800 petits participants.

Animations, baignade et farniente seront au programme. Cette journée permettra aux enfants de découvrir les joies de la plage et de décompresser avant la rentrée. Une centaine d'entre eux auront la chance de partir la veille pour parcourir les Cévennes en train à vapeur. Une visite du parc de la Bambourseraie d'Anduz est également prévue : les enfants pourront déambuler au milieu de labyrinthes végétaux, jardins botaniques et plantes géantes.

Organisées depuis bientôt quarante ans, ces Journées des oubliés des vacances rassemblent des milliers d'enfants à travers le pays. Les bénévoles du Secours Populaire rivalisent chaque année d'imagination pour les faire partir au bord de la mer, à la montagne ou dans un parc d'attraction. Cette année, ce sont près de 50 000 enfants, enfermés dans un quotidien difficile, qui vivront cette journée de vacances.

à lire également
David Kimelfeld © Antoine Merlet
Le président de la métropole, candidat sans étiquettes à sa propre succession, présentait ce lundi matin ses mesures sociales. Un champ d’action de la collectivité qui lui a permis de cultiver ses différences avec Gérard Collomb.
Faire défiler vers le haut