Capture d’écran 2013-10-02 à 17.15.24

Prisons de Lyon, la petite et la grande histoire

L'ouvrage de 224 pages est plein d’anecdotes. Il balaye l’histoire des prisons lyonnaises sur un siècle et demi grâce à de multiples contributions. Prisons de Lyon, une histoire manifeste, paru aux éditions Lieux Dits fin septembre, est, pour ne rien gâcher, illustré de superbes photos. Tour d’horizon.

Dirigé par Bernard Bolze, le plus célèbre militant lyonnais de la cause des prisonniers, fondateur de l'Observatoire international des prisons en 1990, l'ouvrage est construit en cinq entrées : “Une histoire inscrite dans la pierre”, “Une histoire inscrite dans la chair”, “Une histoire de l’art”, “Une histoire de la pensée” et enfin “Une histoire à mettre en mémoire”.

Le livre propose des contributions aussi diverses que celle du contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue. Il livre une très belle préface à l'ouvrage de son ancien collègue, contrôleur lui aussi pendant un temps. Guillaume Marmin, réalisateur de documentaires, Louis Perego, responsable d'une radio locale, Corinne Rostaing, chercheure à Lyon 2, Georges Rousse, artiste, photographe livrent également leur vision des lieux.

De Lyon-Corbas à Michel Foucault, en passant par Montluc

Dans cet ouvrage, on apprend à mieux connaître le fonctionnement de la nouvelle maison d'arrêt de Lyon-Corbas (p. 54). Mise en service le 3 mai 2009, elle n'a cessé de défrayer la chronique depuis, critiquée par les détenus, leurs familles et les magistrats. Tous lui reprochent son inhumanité.

Le nouvel établissement pénitentiaire pour mineurs de Meyzieu est aussi passé au crible, “une prison pensée pour les très jeunes”, selon Bernard Bolze.

L'histoire des prisons historiques de Lyon – les Recluses, le Palais de Roanne, le château de Pierre-Scize – est évoquée. Celle de Saint-Joseph et Saint-Paul est décrite précisément, avec de nombreux témoignages remontant aux années 1960 et 1970, lorsque Michel Foucault distribuait des tracts à l'entrée, jusqu'au transfert en 2009.

Enfin, Jean-Olivier Viout, ancien procureur général près la cour d'appel de Lyon, fait le point sur la prison de Montluc, prison des femmes jusqu'en février 2009 et lieu de détention de 9 000 Juifs et résistants dont les enfants d'Izieu (Ain) entre 1943 et 1944. Il livre un article de deux pages intitulé “Montluc et le devoir de mémoire” en forme de manifeste visant à sauvegarder les lieux et à les restituer dans leur état d'origine. Seule une aile du bâtiment, devenu mémorial en 2010, est actuellement ouverte au public.

---

Prison de Lyon, une histoire manifeste, dirigé par Bernard Bolze, préface de Jean-Marie Delarue. Editions Lieux Dits, 32 euros.

-----

Retrouvez Jean-Olivier Viout, procureur général honoraire de Lyon et président du conseil d’orientation du mémorial de la prison de Montluc dans L’Autre Direct, sur Lyoncapitale.fr ce jeudi matin à 9h,en direct du café L’Institution.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut