Image : site de Décines de l’entreprise Gifrer. @Gifrer

Près de Lyon : mobilisation ce mardi pour sauver le laboratoire Gifrer

Les salariés du laboratoire Gifrer sont invités à se mobiliser ce mardi 8 décembre devant l'entreprise pour soutenir un projet alternatif à la suppression de plus de la moitié des postes du site de Décines, près de Lyon.

Les syndicats du laboratoire Gifrer, situé à Décines, à l'Est de Lyon, appellent à un mouvement de grève. Les salariés sont invités à se rassembler ce mardi 8 décembre à 8h devant leur entreprise. Cette mobilisation fait suite à l'annonce de la suppression de 125 postes sur 215, soit plus de la moitié des salariés (lire ici).

Dans un communiqué, la CFDT dénonce la volonté de la direction de sous-traiter la production des ateliers d'unidoses, d'antiseptiques, de liniment oléo-calcaire et d'extraits végétaux. Ces produits seront dorénavant faits chez des sous-traitants en France ou en Belgique.

Cette décision est incompréhensible pour le syndicat, qui pointe "un chiffres d'affaires en progression constante", et "un carnet de commande plein". D'autant plus en période de crise sanitaire. "Lors de la première phase de COVID, l'ARS a classé GIFRER comme entreprise fabricant des produits de première nécessité. Trois des composants de l'antiseptique officiel de l'OMS sont produits ou vendus par GIFRER : l'éthanol 90°, l'eau oxygénée stabilisée et le glycérol. Une suppression de l'outil de production de Décines priverait la France d'une capacité de production d’antiseptiques en cas d'aggravation de la pandémie", prévient le syndicat.

La direction de l'entreprise justifie ces suppressions de poste par l'obsolescence du site de Décines. Le laboratoire Gifrer a été fondé en 1912 par les frères Gignoux, pionniers de l'eau oxygénée, puis a fusionné en 2000 avec le groupe belge QualiVer. Un cabinet d'expertise comptable planche actuellement sur un projet alternatif pour le labo, qui permettrait de conserver les ateliers de production à Décines. Les salariés espèrent que leur mobilisation poussera l'actionnaire belge à prendre en compte cette option.

 

3 commentaires
  1. Michel Raffin - lun 7 Déc 20 à 15 h 20

    Normal d'employer des sous-traitants, tu les pressurise, tu les payes quand tu y penses et quand ils font faillite tu en prends d'autres. Gifrer vit tout simplement avec son époque.

    1. Abolition_de_la_monnaie - lun 7 Déc 20 à 17 h 15

      Juste adaptés à la guerre commerciale liée à tous systèmes monétaires 🙂

  2. ines perret - lun 7 Déc 20 à 17 h 21

    A partir du moment ou l'Euroland a signé des accords de libre échange dans tous les sens (la Chine, le Vietnam...) c'est MECANIQUE que nos sites de production en France ferment.
    Un français n'est pas 10 fois plus intelligent, 10 fois plus travailleur ou 10 fois plus créatif qu'un Chinois : on ne peut pas tenir avec des salaires 10 fois plus chers ! c'est MECANIQUE !!!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut