© Tim Douet

Pollution de l'air : une estimation de 40 000 morts par an attribuables à l'exposition aux particules fines

Au moins 40 000 morts par an sont attribuables à l'exposition aux particules fines en France, d'après des dernières estimations estimations de Santé Publique France pour la période 2016-2019.

L'étude indique aussi que pendant le premier confinement "dur" du printemps 2020, où le trafic routier a été très ralenti, comme l'activité, 2 300 décès en lien avec l'exposition aux particules fines PM2,2 (inférieures à 2,5 microns) ont été évités, ainsi que 1200 décès en lien avec l'exposition au dioxyde d'azote.

Une précédente étude, basée sur la période 2007-2008, estimait à 48 000 le nombre de décès prématurés par an liés aux concentrations de particules fines PM2,5 (inférieures à 2,5 microns), matières microscopiques en suspension dans l'air qui pénètrent dans les ramifications des voies respiratoires et dans le sang.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut