Perquisition au siège de la banque UBS à Paris

EXCLUSIF – UBS est de nouveau dans la tourmente. Après nos révélations sur le licenciement de deux cadres de la succursale lyonnaise de l'UBS consécutif à un voyage en Suisse pour régulariser la situation d'un client "offshore", nous apprenons que le juge Guillaume Daieff a perquisitionné ce matin le siège de la banque au 69 boulevard Haussman à Paris. Le juge Daieff est en charge d'une instruction judiciaire visant l'UBS pour démarchage bancaire illicite et blanchiment de fraude fiscale.

Le juge Daief aurait visité ce matin les bureaux de la direction générale de la banque UBS à Paris.

Le 26 septembre dernier, un cadre basé à l'agence UBS de Lyon a accompagné un client français en Suisse afin de l'aider à régulariser sa situation fiscale pour rapatrier des capitaux transférés illégalement vers la Suisse. Le cadre a été dénoncé par des collègues helvètes, et la banque française a diligenté une enquête interne puis décidé son licenciement la semaine dernière ainsi que celle de son supérieur hiérarchique à Lyon.

Acte isolé d'un cadre de la banque ou réel système connu par la hiérarchie ? Cet événement semble de toute façon bien accréditer l'idée que des clients coupables de fraude fiscale existent dans les livres de comptes de la banque.

L'UBS, en tant que personne morale, a été mise en examen le 31 mai dernier pour complicité de démarchage bancaire illicite. En cause, des chargés d'affaires suisses opéraient clandestinement en France pour recruter de riches contribuables français afin de transférer leurs capitaux vers la Suisse.

L'UBS est également dans le viseur des juges Daieff et Tournaire pour blanchiment de fraude fiscale mis en place par le biais d'une comptabilité parallèle appelée le "carnet du lait", qui permettait de tracer les fonds des clients français vers la Suisse sans laisser de traces dans le système informatique officiel de la banque en France. Cette comptabilité permettait également de déterminer les bonus des chargés d'affaires qui alimentaient cette comptabilité parallèle selon les accusations portées par d'anciens salariés de l'UBS.

On ne sait pas pour l'heure si cette perquisition est liée au licenciement des deux cadres lyonnais de la banque.

1 commentaire
  1. kaoetic - ven 29 Nov 13 à 21 h 17

    Curieusement aucune réaction ! la délinquance financière dont la fraude fiscale nous cause des dommages inestimables et pas un commentaire . Il est vrai que c'est plus facile de taper sur les roms...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut