Paul Bocuse, un emblème de la France pour les politiques lyonnais

De Laurent Wauquiez à Gérard Collomb, les hommes politiques lyonnais qui ont croisé la route du pape de la Gastronomie lui rendent hommage.

A l'instar de la réaction rapide de Gérard Collomb, plusieurs hommes politiques lyonnais se sont empressés de rendre hommage à Paul Bocuse, après l'annonce de son décès à la mi-journée, ce samedi 20 janvier. Maire démissionnaire du 3e arrondissement, Thierry Philip s'est fendu d'un bref message tout en retenue : "La mort de Paul Bocuse c'est un peu de Lyon qui s'en va. Respect."

Dans la même veine le président de la Métropole de Lyon, David Kimelfeld a fait part de son "infinie tristesse". "Il sera à jamais pour nous Monsieur Paul, l’incarnation de la gastronomie française, l’ami de toujours des amoureux de la cuisine lyonnaise, écrit David Kimelfeld. Il restera de lui tout ce qu’il a offert à notre ville, toute la fierté que nous lui devons et toute sa générosité. Toutes mes pensées vont à sa famille et à ses proches. Il restera de lui tout ce qu’il a offert à notre ville, toute la fierté que nous lui devons et toute sa générosité. Toutes mes pensées vont à sa famille et à ses proches." De son côté le préfet du Rhône et de la région, Stéphane Bouillon, "salue la mémoire de Monsieur Paul Bocuse, un homme qui a su faire rayonner la gastronomie lyonnaise à travers le monde. Je présente mes chaleureuses condoléances à sa famille et à ses proches"

Laurent Wauquiez fait plus explicite. "Il était le plus exceptionnel de nos chefs, le solide pilier de notre culture gastronomique, faisant rayonner notre pays et notre région dans le monde entier, écrit le président du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes. Son départ laissera un vide immense. Je pense naturellement à sa famille et ses proches, il nous manquera". "l’œil du visionnaire et la main de l’artisan". "C’est également avec une grande reconnaissance que le Département du Rhône tient à saluer le chef Paul Bocuse, pape de la Gastronomie et ambassadeur culturel majeur du dernier demi-siècle français, écrivent-ils. Meilleur Ouvrier de France, Commandeur dans l’Ordre de la Légion d’Honneur et dans l’Ordre National du mérite, engagé dans la 1ere DFL et Croix de Guerre, Paul Bocuse n’a pas traversé son siècle, il l’a écrit".

"Le Lyonnais le plus connu du monde"

Comme le patron du parti Les Républicains, les personnalité rendant hommage à "Monsieur Paul", soulignent son patriotisme. Ainsi, pour Gérard Collomb, "Monsieur Paul, c’était la France. Simplicité et générosité. Excellence et art de vivre".

"Je me souviens d'une conversation où nous avions parlé de patriotisme, se rappelle Romain Blachier pour Lyon Capitale. Elle m'avait marquée, parce qu'il avait une vision saine du patriotisme pas excluante, pas nationaliste. Il a été résitant très jeune, puis est devenu l'emblème de la gastronomie française".

"Le lyonnais le plus connu dans le monde s’en est allé, a réagi Hubert Julien-Lafferière, le député de la 2e circonscription du Rhône et proche de Gérard Collomb. Son excellence, son talent et sa générosité continuerons d’alimenter notre patrimoine. Merci Monsieur Paul Bocuse".

"L'incarnation de la cuisine française" pour Emmanuel Macron

Par voie de communiqué le président de la République Emmanuel Macron a lui aussi rendu hommage à l'emblème français qu'est devenu Paul Bocuse en 62 ans d'une carrière commencée sous les ordres de son père en 1956. "Paul Bocuse était l’incarnation de la cuisine française, écrit l'Elysée. Son nom seul résumait la gastronomie française dans sa générosité, son respect des traditions mais aussi son inventivité."

La présidence de la République a souligné la fidélité de Monsieur Paul. "Fidélité à la France, lorsqu’il s’engagea dans l’Armée française de la Libération aux côtés du Général de Gaulle. Fidélité à ses maîtres, en particulier au grand Fernand Point dont il ne cessa d’honorer la mémoire. Fidélité à ses amis, qui sont devenus avec le temps la légion admirable de la gastronomie français".

"Aujourd'hui la gastronomie française perd une figure mythique qui l'aura profondément transformée, poursuit l'Elysée. Les chefs pleurent dans leurs cuisines, à l'Elysée et partout en France. Mais ils poursuivront son travail."

Lire aussi : Paul Bocuse, c'est qui le patron ?

à lire également
Rue Bellecordière (dessin d’architecte) © Asylum
Après le Carré de Soie, à cheval entre Villeurbanne et Vaulx-en-Velin, et la Confluence, à la pointe de la Presqu’île, le Grand Hôtel-Dieu est le troisième projet de centre commercial lancé par Gérard Collomb, durant son deuxième mandat...
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut