© Tim Douet
© Tim Douet
Article payant

#pasdevagues – La situation dans l’académie de Lyon

Le malaise est palpable : face aux violences et aux incivilités, les professeurs déplorent de ne pas être suffisamment soutenus par leur hiérarchie. En cause, l’importance de l’image et de la réputation et le déni de certaines difficultés.

Professeur bousculé, coups à un surveillant intervenu pour séparer une bagarre, enseignants giflés, proviseur coincé dans son bureau, pierres qui volent dans la cour, insultes… L’académie de Lyon n’échappe pas à un climat scolaire émaillé d’incidents. Mais, sur la question des violences et des incivilités en milieu scolaire, le rectorat n’est pas bavard. “Conformément à la note du 26 décembre 2017, les personnels victimes d’agressions, de menaces, d’outrages ou de diffamations sont accompagnés. Les demandes de protection fonctionnelle pour les victimes d’agressions verbales ou physiques sont stables : elles oscillent entre 70 et 100 chaque année depuis cinq ans”, écrit à Lyon Capitale son service presse, justifiant par un emploi du temps chargé la difficulté d’organiser un entretien avec la rectrice, malgré une semaine de délai. L’onde de choc provoquée par la diffusion sur Internet d’une vidéo d’un élève braquant une professeure avec une arme, fût-elle factice, dans un lycée professionnel de Créteil s’est propagée jusqu’à Lyon. Sur les réseaux sociaux, les témoignages affluent pour dénoncer un manque de soutien et une hiérarchie qui minimise les tensions. #Pasdevagues devient un sigle de ralliement. Accompagnement dans les dépôts de plainte, consigne de faire remonter les atteintes aux personnels via une application, agents déplacés sur place, veille sur la mise en place de mesures disciplinaires et réflexion sur le pilotage de l’établissement : le rectorat décrit pourtant un système qui semble efficace pour faire remonter les situations délicates.

Il vous reste 86 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Une classe de CM1
Après les gilets jaunes, des professeurs se rassemblent sous la bannière des "stylos rouges" pour faire entendre leurs revendications. Un premier rassemblement est prévu à Lyon à 15 heures sur la place de la République. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut