Capture d’écran 2014-12-13 à 15.32.25

Ouverture des commerces le dimanche à Lyon : oui ou non ?

Ce dimanche 14 décembre, à l’occasion des fêtes de fin d’année, la plupart des commerces lyonnais seront ouverts : centres commerciaux de la Part-Dieu et de la Confluence, magasins de la Presqu’île et des grandes artères du 6e arrondissement. À Lyon, faut-il aller plus loin, comme le prévoit la loi Macron ?

"Dans notre boutique, nous nous battons pour travailler le dimanche", avance Sylvie, la quarantaine pétillante, qui dirige une enseigne de prêt-à-porter dans le 6e arrondissement de Lyon. Elle se déclare totalement favorable au travail dominical. À l'image des Français. Dans un sondage publié ce samedi par iTélé et Le Parisien, plus de la majorité d'entre eux se sont prononcés pour l'ouverture des magasins le dimanche douze fois par an, comme le stipule la loi Macron.

"Il faudrait même élargir à toute l'année dans des villes comme Paris et Lyon, continue la directrice de magasin. Bien évidemment, il faut cibler certains quartiers, comme la Presqu'île ou la Part-Dieu. Tout ne peut pas être ouvert, seulement les grandes zones touristiques."

Les discussions avancent

Déjà, en juillet dernier, le président des commerces de la Presqu'île, Franck Delafon, avait soulevé cette hypothèse dans un entretien accordé à Tribune de Lyon, en ciblant une zone bien délimitée. "Je propose de cibler les zones d’ouverture sur la place Bellecour stricto sensu, ainsi que le Vieux-Lyon et l’axe Bellecour-Terreaux, à savoir la rue de la République", avait-il alors émis.

À la CCI de Lyon, les discussions vont également bon train. Même le directeur du centre commercial de la Confluence, Jérémy Desprets, s'est dit favorable à l'ouverture le dimanche, profitant ainsi de la future attractivité du musée des Confluences. Il a également souligné que les quais de Saône et la place nautique pouvaient constituer des lieux de promenade le week-end. "C'est une vraie piste, qu'il nous faudra travailler", a insisté le responsable.

Pour certains, le coût du travail est trop élevé

Actuellement, à Lyon, seule la zone du Vieux-Lyon peut ouvrir le dimanche. Si, habituellement, les trois dimanches avant Noël, beaucoup de commerces lyonnais ouvrent, certains directeurs refusent d'ouvrir. C'est le cas, toujours dans le 6e arrondissement, d'une boutique de vêtements pour enfants bon marché. Le coût du travail est trop élevé : en général, les employés sont payés double et ont une journée de récupération.

Selon la loi Macron, les maires pourront permettre aux commerces d'ouvrir douze dimanches par an au lieu de cinq actuellement. Le projet de loi veut également créer des "zones touristiques internationales" où le travail le dimanche et le soir sera possible toute l'année.

Manuel Valls a évoqué le cas de Lyon, dimanche dernier, dans son interview sur France 2 : "Il y a des territoires dans notre pays – je pense à Lyon, je pense à l'ouest de la France comme à Nantes – où il y a un attachement au repos dominical. Il y a une tradition, soit catholique, soit syndicaliste. Il faut tenir compte de ces réalités. Il s'agit, dans la proposition que nous faisons, de passer de cinq à douze dimanches, et cela se fera avec les maires, pour permettre aux commerces d'ouvrir." Pour le Premier ministre, les Lyonnais seraient attachés au repos diminical. A-t-il néanmoins raison ?

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut