Opération anti-Grand Stade : un gentil petit bazar

L'opération de communication anti-Grand Stade organisée par Carton Rouge visant à sensibiliser les automobilistes est un succès en demi-teinte. Entre indifférence et coups de klaxon, compte-rendu de cette action peu banale.

Qu'est-ce qu'ils foutent encore ?" s'interroge un passant, en traversant le carrefour bloqué de Pompidou/Villette. Ils étaient une petite dizaine à chacun des treize emplacements, choisis pour simuler les conditions de circulation d'un soir de match lorsque le Grand Stade de Décines sera construit. Vingt secondes de passage toutes les deux minutes, pendant une heure.

Sur les passages situés dans Lyon, cette action a rencontré un succès mitigé. Certains passants, majoritairement à vélo ou à pied- et donc pas concernés par l'opération, soutiennent les organisateurs, tandis que d'autres les invectivent, font ronronner leur moteur et s'endorment sur leur klaxon.

“L'OL à Décines, c'est une connerie"

Les membres du collectif Carton Rouge, défendent leur action : “l'objectif est d'expliquer aux automobilistes ce qui risque de se passer" indique Joël Dubos, vice-président de l'association se Déplacer autrement sur la région lyonnaise (DARLY).

Les soirs de matchs il y aura 52 trams par heure, pour transporter 14.100 passagers, selon les associations. D'après nos calculs, 44 rames circuleraient à l'Ouest d'OL Land et 44 à l'Est, lorsque les véhicules de nouvelle génération pouvant transporter 100 personnes de plus entreront en service (Lire l'article). “La desserte va être catastrophique, annonce Jean-Claude Reverchon, vice-président de l'association Déplacements Citoyen, l'OL à Décines c'est une connerie. Il va y avoir un rafistolage des lignes de tramway, continue le militant en gilet jaune, et de la Part-Dieu à la Rocade Est ça va être tout bouché".

Mais pour le Syndicat des Transports en commun Lyonnais (SYTRAL), d'autres solutions existent. “On ne connaît pas encore le dispositif qui sera mis en place. On peut mettre des bus relais à partir du métro la Soie par exemple" explique Franck Varona, régulateur du trafic des tramways.

“Ça fluidifie le trafic"

Pour l'heure, les bouchons se forment et les automobilistes commencent à se faire entendre. On croirait presque que L'Olympique lyonnais s'est qualifié en demi-finale de Ligue des Champions. Mais les klaxons reflètent bien mécontentement des conducteurs. “On a entendu pas mal de noms d'oiseaux" nous raconte Joël Dubos d'un air amusé.

Certains sont plus compréhensifs : “Cela ne me dérange pas qu'ils m'arrêtent deux minutes, chacun a le droit d'exprimer ses idées" commente Séverine, jeune conductrice de 18 ans. Pour Karim, 32 ans : “on sort du boulot, on a le temps. C'est déjà assez bouché comme ça, mais il faut bien le faire quelque part ce stade".

La grande majorité des personnes interrogées respecte le droit de s'exprimer des manifestants, mais ne se soucie guère de leurs revendications. C'est le cas de Jean-Pierre, 54 ans : “Je m'en fiche du stade. En plus ils ne bloquent pas plus que d'habitude, au contraire : ça fluidifie le trafic". Ce Grand Stade serait-il une aubaine pour régler le problèmes des embouteillages à Lyon ?

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut