Hôpital Vinatier
©streetviewing

Nouvelle mobilisation du personnel du Vinatier ce lundi

Après une action devant l’ARS jeudi, le personnel du Vinatier est appelé à effectuer une heure de grève ce lundi, en début d’après-midi, pour réclamer plus d’effectifs et l’ouverture de lits supplémentaires.

Le personnel du Vinatier n'entend pas s'arrêter là. Après les tragiques événements qui se sont déroulés dans l'enceinte de l'hôpital ces dernières semaines (lire ici), les syndicats appellent le personnel à effectuer 1h de grève ce lundi, de 14h à 15h, et à se rassembler devant le bureau des entrées.

Ce jeudi, déjà, près de 300 personnes s'étaient rassemblées devant l'agence régionale de santé (Lyon 3e), après que le Vinatier avait été touché par 3 suicides et une agression en l'espace de 15 jours.

Les syndicats réclament le renforcement des équipes soignantes, ainsi que la réouverture de 40 lits. Ils demandent également la mise en place d'un dispositif d'appel d'urgence dans les plus brefs délais.

Embauches et réouverture de lits : l’ARS évoque “une autre orientation”

Selon les syndicats, les représentants de l'ARS ont accepté jeudi l'idée de la mise en place d'un dispositif d'appel d'urgence, mais sont restés inflexibles sur les questions du personnel et de la réouverture de lits, évoquant "une autre orientation".

Ces réponses n'ont pas satisfait les syndicats, qui ont lancé une journée de mobilisation nationale pour ce lundi. Une délégation de la CGT sera par ailleurs reçue à 14h ce même jour au ministère de la Santé.

à lire également
Terre du premier cluster haut-savoyard infectieux de Covid-19, la région Auvergne-Rhône-Alpes a tout de suite réquisitionné les méninges de ses plus brillants cerveaux pour contrer la propagation du Coronavirus. À Lyon, des chercheurs académiques sont mobilisés, en lien direct avec le ministre de la Santé, sur des projets particulièrement ambitieux de recherche de traitements. En parallèle, l’écosystème local, adossé aux industriels de la santé publique, œuvre au développement de tests de dépistage et de vaccins.
1 commentaire
  1. jpbc - 15 février 2015

    Il faut absolument, pour le bien de tout le personnel et des dirigeants, des patients, que la psychiatrie se mette au gout du jour, qui est la connaissance véritable du mental : le psychisme n'est pas la chimie ni des chocs électriques ! De même que la conscience … Ce n'est pas par hasard si autrefois c'était des religieux qui se sont occupé des fous. Il faut que le personnel soignant ait au minimum connaissance des informations et de la thérapie contenue dans la dianétique ( livre de LRH ) s'il ne veut pas subir les contrecoups de l'insanité de certains de ses patients, le contrecoup de son échec à soigner, le phénomène d'empathie, et finisse par perdre lui-même le moral, voire la boule.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut