Les migrants installés à Croix-Rousse demandent à la Métropole une solution de logement.

Nouvelle manifestation en soutien aux jeunes migrants de la Croix-Rousse

Un collectif organise ce mercredi 21 septembre à 13 heures une manifestation à Lyon en faveur des jeunes migrants qui campent depuis juillet dans le square Ferrié.

Un cortège se réunira à 13 heures devant l'Hôtel de Ville, dans le 1er arrondissement, avant de se diriger ensuite vers la préfecture puis vers la métropole. Dans chacune de ces institutions, les membres de ce collectif d'habitants espèrent être reçus, afin de plaider la cause des jeunes migrants qui campent dans le square Gustave Auguste Ferrié, à la Croix-Rousse. Un parcours que ces soutiens ont déjà emprunté le 5 juillet dernier, et pour les mêmes raisons : réclamer une solution d'hébergement pour ces cinquante exilés, en recours devant la métropole pour obtenir une reconnaissance de minorité.

“Ni mineurs, ni majeurs” aux yeux de l'administration, ces jeunes qui disent avoir moins de 18 ans se retrouvent en effet dans un vide juridique en attendant la décision du Juge pour enfants qui doit statuer sur leur minorité. Or celle-ci prend “en moyenne six mois”, pendant lesquels ces jeunes se retrouvent sans logement et sans aucune ressource, déplore collectif. Alors même, avance-t-il, que “80% des jeunes” qui passent par la procédure de recours sont finalement reconnus mineurs.

Les manifestants jugent dans leur appel à manifester que “le renvoi de responsabilité entre mairie centrale, préfecture et métropole” a “trop duré” sur le sort de ces jeunes, pour la plupart Africains, et dénoncent que les institutions se reposent sur la bonne volonté des citoyens pour les prendre en charge.

Pas de solution pérenne

Si ce campement est né en juillet 2022, ce n'est pas le premier à s'établir dans le quartier. La problématique remonte à juillet 2021, lorsque des jeunes avaient été contraints de dormir sous la tente dans les jardins des pentes de la Croix-Rousse.

En 2021 puis en 2022, des habitants du quartier de la Croix-Rousse se sont organisés et mobilisés pour soutenir les jeunes, les nourrir et les héberger dans différents lieux, “occupés” ou “mis à disposition par la ville mais sans accompagnement”. Le squat du Chemineur, le squat Chez Gemma, le Cafemineur ou encore La Marmite.

Désormais, seul le Cafémineur continue d'exister, le Chemineur ayant été évacué, Chez Gemma ayant subi un incendie et La Marmite ayant été fermée.

Malgré la création d'un premier lieu en 2021 (Station 1), puis d'un second en juin (Station 2), par la métropole, spécialement dédiés aux jeunes en recours, leurs capacités restent insuffisantes. Résultat, “plusieurs dizaines de jeunes”, ne bénéficiant pas des dispositifs existants, sont à nouveau "contraints de survivre sous des tentes au square, à la merci des aléas climatiques”.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut