Najat Vallaud-Belkacem
© Tim Douet

Musée des Confluences : Najat Vallaud-Belkacem censurée ?

La ministre de l’Éducation nationale n’a pas pris la parole à l’occasion de l’inauguration du musée des Confluences. La numéro 4 du Gouvernement est même restée au pied du podium pendant les discours.

Il y avait des absents pour l’inauguration du musée des Confluences ce vendredi 19 décembre. Le préfet de région Jean-François Carenco, en vacances, le président du conseil régional, Jean-Jack Queyranne, excusé, les élus d’opposition Denis Broliquier et Michel Havard qui boycottaient…

Plus marquant, pour l’ouverture de cet équipement à 253 millions d’euros – selon Michel Mercier –, le président de la République François Hollande n’avait pas fait le déplacement, alors qu’il était présent pour l’ouverture du Mucem à Marseille. Un peu de friture sur la ligne entre la place de la Comédie et l’Élysée ainsi que le dérapage budgétaire du musée auraient eu raison de son déplacement à Lyon.

Point de ministre de la Culture non plus, officiellement empêchée pour raison d’agenda. “C’est un crève-cœur pour Fleur Pellerin de ne pas pouvoir être là ce soir”, soutenait quelques heures avant l’inauguration Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale et par conséquent plus importante personnalité présente ce soir-là. Suivant toute logique, c’est donc elle qui aurait dû prononcer le dernier discours de la soirée et déclarer le musée ouvert.

“Collomb ne voulait pas qu’elle ait son nom sur la plaque”

Mais voilà, si la ministre était bien présente, elle n’a pas pipé mot. La numéro 4 du Gouvernement n’était même pas présente sur l’estrade aux côtés des autres élus, tandis que Thierry Braillard, secrétaire d’État aux sports, s’y trouvait.

Pourtant, un document que s’est procuré Lyon Capitale annonçait bien, quelques jours avant l’événement, une prise de parole de la ministre. “Toute la semaine, il y a eu des négociations entre les cabinets de Mercier et de Collomb. L’entourage du maire de Lyon a demandé qu’elle ne prononce pas de discours. Michel Mercier voulait qu’elle parle, mais le cabinet de Gérard Collomb a fait pression. Ils ont menacé que le maire de Lyon boycotte l’inauguration si Najat parlait”, explique un conseiller communautaire socialiste. “Gérard Collomb ne voulait pas qu’elle ait son nom sur la plaque d’inauguration. Najat n’a pas osé aller au clash, alors elle a laissé faire”, explique cette même source.

Mais pourquoi est-elle restée au pied du podium ? “Personne ne l’a invitée à monter, alors elle ne s’est pas imposée”, précise un proche de la ministre. Thierry Braillard, lui, est arrivé en retard et n’a pas attendu de bristol avant de grimper sur scène.
Najat Vallaud-Belkacem n’a pas tenu à commenter ces informations. Elle précise simplement qu’elle souhaitait participer à cette soirée d’inauguration et qu’elle l’a fait.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut