Mort de Foé : deux adjoints s'écharpent

Entre les adjoints de Collomb Etienne Tête (Verts) et Thierry Braillard (PRG). La semaine dernière, le premier mettait assez durement en cause le second dans Lyon Capitale. Braillard lui répond, en rappelant une maxime d'Edouard Herriot : "La politique c'est comme l'andouillette, ça sent la merde, un peu, mais pas trop."

"Rappel des faits :
- Le 25 octobre 2004, Madame Foé a assigné la Fédération Française de Football ainsi que la Compagnie d'Assurances les Mutuelles du Mans, assureur de responsabilité civile de la FFF devant le Tribunal de Grande Instance de Lyon, statuant en référé afin de voir instituer une mesure d'expertise.
Il est donc faux d'affirmer dans l'interview en question que sa veuve a fait un procès à la Ville de Lyon. D'ailleurs, l'avocat de Madame Foé, Maître Jakubowicz a bien confirmé que la Ville de Lyon n'était en rien responsable.

- Le 26 mai 2003, le Conseil Municipal de Lyon a approuvé à l'unanimité la convention conclue entre la Fédération Française de Football, la FIFA et la Ville pour la mise à disposition du Stade de Gerland pour la Coupe des Confédérations et a autorisé le Maire de Lyon à la signer.
Il est donc faux d'affirmer que le Conseil Municipal n'a pas été consulté.

- Le 17 juillet 2002, une première convention avait été conclue intitulée " couverture contractuelle du stade de la FIFA " entre la Fédération Française de Football et la Ville de Lyon, avec pour but d'acter l'organisation de la Coupe des Confédérations à Lyon par la FFF. Thierry Braillard a signé cette convention après accord des services de la Ville de Lyon et non pas, comme allégué fallacieusement, en catimini.
Avec la nouvelle convention signée le 11 juin 2003, il y a eu novation contractuelle : la novation est la substitution de nouvelles conditions contractuelles à celles que les parties avaient précédemment arrêtées.

- Enfin, dans le cadre de la procédure initiée par Madame Foé, nous n'en sommes qu'au dépôt de pré-rapport d'expertise médicale. A ce stade de la procédure, personne ne met en cause la Ville de Lyon. Personne ne formule le moindre grief, ni le moindre reproche envers la Ville de Lyon.
Il est donc faux d'affirmer que la Ville pourrait être condamnée. (...)
La justice a été saisie. Laissons-la trancher le litige dans la sérénité. Ne la troublons pas avec des querelles politiciennes peu dignes et qui souffrent d'un manque d'élégance certain."

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut