Métropole de Lyon : une mission aérienne d'envergure menée depuis les Monts d'Or

Dans le cadre de la mission "Skyros", l'armée de l'Air et de l'Espace, est en tournée d'entraînement en Eurasie pour démontrer les performances de ses moyens aériens. Le centre opérationnel est la base aérienne de Lyon Mont-Verdun.

170 aviateurs, quatre Rafale F3-R, un A330 Phénix et deux A400M Atlas. Après une campagne d’entraînement au combat "de haute intensité" sur la base aérienne de Djibouti, l’armée de l’Air et de l’Espace poursuit ses activités opérationnelles en Eurasie, dans le cadre de la mission "Skyros". La mission, qui fait escale en Inde, aux Émirats arabes unis, en Égypte et en Grèce, est conduite depuis une structure de commandement centralisé installée à Lyon, dans la base aérienne 942 du Mont-Verdun, au "Joint Force Air Component Command" français.

Mission singulière par l’ensemble des moyens engagés et par son profil, Skyros a été planifiée par les unités du Commandement de la Défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA), implantées à Lyon. "Pour disposer d’une arme aérienne capable de se déployer et d’agir à des milliers de kilomètres de la métropole, en un temps restreint, nous avons besoin d’un C2 (chaîne de commandement et de conduite) robuste et adapté aux enjeux actuels", explique le général Laurent Lherbette, chef de la mission Skyros et commandant en second le CDAOA.

Mont Verdun : base 942
© Tim Douet

Depuis cette salle d’opérations nichée dans les Monts d’Or, les experts du C2 assurent le lien entre le chef de mission, les équipages et les autorités responsables, en suivant l’exécution de la mission étape après étape, se tenant prêts à apporter un soutien en cas de difficultés. Aussi bien pendant les convoyages entre les escales que lors des phases d’entraînements conjoints, "Skyros" permet d’éprouver la robustesse des systèmes de communications, la réactivité de la chaîne de commandement et d’entraîner les équipages à s’adapter aux conditions réelles de missions longues.

Objectif de cette "tournée" à l'étranger : “démontrer la capacité de l'armée de l'Air et de l'Espace à se déployer vite et loin grâce à des moyens aériens de dernière génération et complémentaires" et "renforcer le développement d’une coopération forte avec chacun des pays traversés ainsi que l’interopérabilité entre nos armées de l’air respectives."

L'occasion, aussi, pour l'armée de visiter des pays stratégiques qui sont soit clients soit prospects pour l'achat de Rafale.

"Skyros" est un jalon capital pour l’armée de l’Air et de l’Espace, dont l'objectif est d’être capable de déployer en 2023, 20 Rafale et dix A330 Phénix en 48 heures, aux antipodes, soit 20 000 kilomètres de la métropole de Lyon.

à lire également
1 commentaire
  1. JANUS - mer 3 Fév 21 à 10 h 32

    Evidemment en cas de conflit international, le premier missile visera la base souterraine, puis les suivants, les centrales nucléaires proches de Lyon et le nœud ferroviaire lyonnais. Adieu Guignol !

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut