Merzouki nommé à Créteil : le Pôle Pik de Bron abandonné ?

Il est le second chorégraphe hip-hop à prendre les prestigieuses commandes d'un CCN, après Kader Attou, lui aussi originaire de la banlieue lyonnaise et nommé à la tête de la Rochelle en septembre dernier. Au-delà de la consécration de la danse hip hop que cette nomination symbolise, Mourad Merzouki, directeur de la compagnie Käfig mais aussi du Pôle Pik, un centre de formation spécialement ouvert cette année à Bron pour lui, devra-t-il faire un choix ? Lyon Capitale s'interrogeait déjà dans un article paru début juin sur l'avenir du Pôle Pik, qui pourrait donc se retrouver désormais sans capitaine.

Bateau fantôme ?

En effet, alors que le projet avait été annoncé au mégaphone l'an passé, le Pôle Pik a ouvert en avril dernier à Bron dans une discrétion plus qu'étonnante. Pas d'inauguration, pas de communication et, surtout, un directeur, Mourad Merzouki, sur les rangs pour prendre la tête d'une autre structure, le CCN de Créteil. Quelques mois avant l'ouverture du Pôle Pik, pour lequel il avait pourtant longtemps milité, il n'avait pas caché sa déception sur une ambition revue à la baisse, et due à un déficit de crédits. " Je me suis posé la question de renoncer lorsque j'ai appris que le budget de fonctionnement était divisé par deux et que j'ai réalisé que je ne pourrai pas faire ce que je voulais ", nous avait confié le chorégraphe, en octobre dernier. Il avait ajouté avoir confiance dans la promesse de la mairie de Bron de faire évoluer le projet sur le temps.

Mais devant le faible taux de probabilités de se voir octroyer des crédits supplémentaires, Mourad Merzouki a, semble-t-il, regardé vers d'autres horizons. " Non, sûrement pas ", nous a soutenu Emilie Marron, assistante de production de la compagnie Käfig. Le principal intéressé s'étant déclaré " indisponible " pour répondre à toute question liée à sa candidature pour Créteil, lors de nos sollicitations en mai dernier. " Créteil est un projet personnel, qui n'a rien à voir avec le Pôle Pik ", avait ajouté Emilie Marron. " Mourad Merzouki a toujours été très clair là-dessus, il sera toujours présent pour Käfig et pour ce projet qui lui tient à cœur : proposer la première véritable formation de danseurs hip hop au sein d'un centre dédié ", avait-elle également assuré. Mais aujourd'hui, il paraît compliqué pour le chorégraphe de se saisir de la direction d'un CCN à mi-temps. Le ministère de la Culture a, de façon lapidaire, présenté les intentions de Mourad Merzouki pour le lieu : développer " un projet artistique ouvert sur le monde et sur la pluralité des langages chorégraphiques ". Avec pour cela, l'Espagnole Blanca Li, nommée à ses côtés en tant qu'artiste associée, mais qui était également candidate au poste de directeur.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut