Meirieu : "Je suis prêt"

Oui, il a accepté la proposition de Michèle Rivasi. Oui, il veut y aller. Si Les Verts l'acceptent. Interview.
Lyon Capitale : Êtes-vous la personne de la société civile que Michèle Rivasi cherchait pour éventuellement mener la liste Rhône-Alpes Ecologie pour les régionales de 2010 ?
Philippe Meirieu : Oui, j'ai été sollicité pour être tête de liste. Oui, j'ai rencontré Michèle Rivasi et Daniel Cohn-Bendit. Oui, j'ai dit que j'étais d'accord pour partir. Mais il ne s'agit pas d'une décision d'Europe Ecologie ou des Verts. Il faut respecter les différentes instances décisionnelles. Je ne veux pas brutaliser la démocratie interne du parti. Je ne me suis pas proposé, on m'a sollicité.

Vous étiez plutôt catalogué PS, est-ce un changement de bord ?
Je ne suis pas une pièce rapportée. J'étais proche du PS mais pas au PS. Mais je ne serai jamais parti avec eux sur une liste. Dans mon histoire personnelle et politique, j'ai toujours milité dans une deuxième force de gauche. J'ai accepté cette proposition car elle est cohérente avec mes engagements. Je ne me retrouve plus dans le PS. Sur les questions qui sont les miennes depuis toujours, l'éducation, les socialistes bottent toujours en touche. Ils n'ont plus d'audace, de réflexions. Le PS manque d'inventivité.

Pourquoi vous tournez-vous vers Europe Ecologie ?
La manière de faire de la politique aujourd'hui est obsolète. Il faut prendre les problèmes autrement et c'est ce que fait Europe Ecologie. Ils avancent, ils font de la politique autrement. J'ai accepté ce challenge car il s'agit d'une vraie opportunité. Je suis à l'aise avec Europe Ecologie. Je ne suis pas Verts car je suis moins environnementaliste qu'écologiste. Je suis très investi dans ces questions, je suis d'ailleurs président de Forestiers du monde (une ONG qui milite pour une gestion durable des forêts, ndlr). J'ai opté pour eux après les élections européennes. Les autres partis s'essoufflent et je serai heureux de me mettre à leur service.

Quels sont vos points communs avec Europe Ecologie ?
Je me situe depuis toujours dans une ligne de passage entre le tout état et le tout marché. C'est d'ailleurs pour cela que je me suis lancé dans le mouvement coopératif. En France, nous avons été écrasés par le marxisme étatique et le libéralisme. Sur ce domaine, ils répondent à ce que je cherche depuis toujours : une autre manière de faire de la politique avec plus de justice sociale, de libertés publiques, de prises en compte de l'écologie. J'ai toujours penché pour l'économie sociale et Europe Ecologie fait partie de cette mouvance. C'est le seul parti qui peut porter ces idées et redonner confiance aux français qui en ont marre de voir comment se comportent les appareils politiques.

Que répondez-vous à ceux qui pourraient vous taxer de ne pas être un écologiste de la première heure ?
Je me suis beaucoup investi dans l'éducation à l'environnement. J'ai écrit deux ouvrages qui traitent de la question. D'ailleurs la première partie de mon dernier livre est consacrée à l'écologie et à l'écologie politique. J'ai toujours pensé que l'écologie ne pouvait pas gagner sans l'éducation. L'éducation peut amener un changement de mentalités qui est nécessaire. je n'aurais pas accepté cette proposition si je n'avais pas eu une légitimité. Je ne cherche pas à faire carrière. Je ne laisserai dire à personne que je suis étranger de l'écologie et de l'écologie politique.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut