(Photo by WANG ZHAO / AFP)

Masques jetés dans la rue à Lyon : un déchet pour 450 ans ?

De plus en plus de masques sont jetés dans la rue à Lyon. Au danger sanitaire s'ajoute celui d'une bombe à retardement écologique d'une durée de vie de 450 années. 

"Nous les avons tous applaudis pendant près de deux mois. Maintenant que nous sommes déconfinés, pour protéger nos agents en charge de la collecte et du traitement des déchets, respectez ces règles simples : jetez vos masques, gants et mouchoirs dans un sac séparé, conservé 24h à l’écart dans le bac gris", c'est le coup de gueule du président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld. Comme beaucoup, il est excédé de voir trop de masques chirurgicaux jetés dans la rue. 

En effet, à l'approche du déconfinement, de plus en plus de masques sont apparus sur la chaussée. Désormais, le déconfinement en place, ils se multiplient. Les éboueurs et agents responsables du nettoyage s'inquiètent désormais du risque sanitaire que font courir ces déchets aux agents, mais aussi aux passants, dont les enfants (lire ici).

Chaque masque représente un objet potentiellement contaminé qui doit être évacué avec un protocole précis : mis dans un sac, le sac laissé 24 heures à part, avant d'être jeté dans un sac poubelle classique qui terminera lui dans un bac gris (pas de recyclage).

450 ans pour se décomposer

Au risque sanitaire s'ajoute celui environnemental. En polypropylène, de la famille des thermoplastiques, les masques chirurgicaux mettent entre 400 et 450 pour se décomposer dans la nature (soit autant qu'un sac plastique traditionnel).

De par leur nature, potentiellement contaminée, ils ne peuvent finir au recyclage et sont donc incinérés. Si des études sont en cours pour pouvoir réutiliser certains masques après un traitement, les chirurgicaux terminent tous à la poubelle quatre heures après leur utilisation. Face à eux, les masques en tissu ont le mérite de pouvoir être réutilisés jusqu'à 100 fois après lavages et terminent rarement dans la rue. 

2 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 18 mai 2020

    et en plus, 400 à 450 ans pour se dégrader... dégradé ça veut dire pollution aux "micro-plastiques", une pollution terrible de l'eau, de la terre etc. Donc ça ne veut pas dire "un retour à la normale"...

    Bhou les vilains écologistes qui prennent en compte cette chaîne infernale et qui font se poser des questions.... 😀

  2. psl - 19 mai 2020

    utilisons les masques lavables

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut