préfecture

Manifestation antifasciste interdite à Lyon : la préfecture nie catégoriquement faire le jeu de l’extrême droite

À la suite du communiqué des organisateurs de la manifestation contre l’extrême droite interdite ce samedi, la préfecture rappelle que sa décision est liée à la présence d’éléments violents au sein des groupuscules souhaitant participer à la mobilisation.

Le préfet du Rhône conteste catégoriquement faire le jeu de l’extrême droite, comme l’en avait accusé un communiqué du Collectif unitaire pour la fermeture des locaux fascistes publié le 2 avril. Ce communiqué était une réponse à l’interdiction de la manifestation antifasciste prévue ce samedi.

La préfecture affirme n’être qu’une "autorité administrative qui garantit l’ordre et la sécurité publique, aucunement de faire le jeu politique de qui que ce soit, encore moins de l’ultra-droite". Elle rappelle, à cette occasion, être à l’initiative sur la dissolution de Génération identitaire par le gouvernement.

Si la manifestation programmée ce samedi a été interdite c’est parce qu’il "Il y’avait une volonté mutuelle des groupes d’ultra-droite et d’ultra-gauche de s’affronter par le biais de cette manifestation" explique-t-on du côté de la préfecture. Il est précisé à Lyon Capitale que les groupes antifascistes qui devaient participer à la mobilisation "comptent des éléments très violents, qui se sont déjà fait connaitre pour des violences importantes dans le cadre de précédentes manifestations".

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut