Préfecture du Rhône
Préfecture du Rhône

Les organisateurs de la manifestation antifasciste interdite ce samedi accusent La préfecture de jouer le jeu de l’extrême droite

La préfecture a décidé le 1er avril d’interdire une manifestation antifasciste prévue à Lyon ce samedi. Pour l’Union Communiste Libertaire et le Collectif unitaire pour la fermeture des locaux fascistes à Lyon la préfecture fait le jeu de l’extrême droite.

Une manifestation antifasciste devait avoir lieu ce samedi pour répondre à l’attaque de la librairie la Plume Noire le 20 mars par une cinquantaine de militants d’extrême droite. Après avoir exigé un changement d’itinéraire le 31 mars, la préfecture du Rhône a décidé d’annuler purement et simplement la manifestation le lendemain.

Pour l’Union Communiste Libertaire et le Collectif unitaire pour la fermeture des locaux fascistes, qui organisaient la mobilisation, "La préfecture du Rhône joue le jeu de l’extrême droite lyonnaise et choisit son camp". Ils dénoncent un "deux poids deux mesures" des autorités qui interdisent la mobilisation de samedi justifié par les "troubles à l’ordre public que feraient peser les bandes fascistes sur notre action", mais, à contrario, autorisent d’une mobilisation anti-IVG dans le Vieux Lyon le 28 mars.

Dans un communiqué les organisations s’en prennent au refus de la préfecture "de prendre en compte la dangerosité, et la régularité des violences d’extrême droite à Lyon". Il souhaite également "que le Procureur soit aussi rapide que pour la fête sur les quais de Saône d’ouvrir des enquêtes notamment suite à l’attaque violente qu’a subie la librairie la Plume Noire !".

Le texte est signé par de nombreuses organisations, parmi lesquels les syndicats CGT, Solidaires, CNT, les partis politiques France Insoumise, PCF, NPA, des associations telles que la Ligue des Droits de l’Homme...

L’UCL a fait savoir qu’elle ne comptait pas en rester là, un Référé-liberté a été déposé.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut