Malgré la rumeur, Lyon n'abandonne pas le Wi-fi

L'expérimentation, qui devait initialement durer 6 mois, est tout simplement reconduite. Une décision quant à une éventuelle extension du dispositif à d'autres lieux de la ville sera étudiée au mois de novembre prochain. Pour le moment, l'expérimentation débutée le 6 décembre 2007 reste circonscrite aux zones déjà concernées : la place Louis Pradel, la rue de la République, la place Bellecour et les berges du Rhône. Pourtant depuis quelques jours, un " buzz " annonçait la mort du Wi-fi à Lyon.

Ses raisons ? C'est Gérard Collomb qui a commencé par semer le doute en déclarant en marge d'une conférence de presse sur Microsoft, comme Lyon Capitale s'en était fait l'écho dans une indiscrétion : " J'ai déjà des problèmes avec les antennes relais, je préfère être prudent pour qu'il n'y ait pas de nouvelles polémiques avec le wi-fi urbain ". Quelques jours plus tard, Philippe Lecourtois, spécialiste des nouvelles technologies à la ville de Lyon, a finit de jeter le trouble en déclarant à 20 minutes " Au vu de ce qui se passe avec les antennes relais et les ondes, la mairie a décidé de ne pas étendre l'expérience menée avec 9 Cegetel et SFR à d'autres secteurs ".

Plusieurs sites se sont alors emparés de l'information à leur manière en déclarant carrément la mort du wi-fi libre à Lyon. Depuis, M. Lecourtois refuse de répondre aux journalistes. Le service de presse de la mairie dément fermement ses propos et assure qu'aucune décision ne sera prise avant novembre. D'ici là, les utilisateurs pourront continuer à se connecter librement à Internet au cœur de Lyon. Pour l'instant, la fréquentation est en forte hausse, mais elle part de très bas : au mois de mai, la ville comptait 1800 connexions en Presqu'Ile et 650 utilisateurs.

Slim Mazni

Lire aussi : Le wifi dans la rue : génial ou dangereux ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut