Hai-Ha Le
© Tim Douet

Ma Thèse en 180 secondes : Hai-Ha Le

13 doctorants. 13 thèses. 3 minutes, et pas une seconde de plus au chrono. L’Université de Lyon participe pour la troisième année consécutive au concours “Ma thèse en 180 secondes”. L’an dernier, Laurie-Anne Sapey-Triomphe et ses recherches sur le syndrome d’Asperger avait su convaincre le jury. Et cette année encore, 13 doctorants vont présenter leur projet lors de la finale lyonnaise qui a lieu le 28 avril prochain.

Avant de les découvrir en live sur scène, Lyon Capitale vous propose de les rencontrer en avant-première sur son site. Chaque jour, nous laissons la place à un doctorant et une thèse allant du génie civil aux neurosciences en passant par la chimie qui a trois minutes pour vous rendre passionnant son sujet, souvent pointu et remplis de mots techniques. Un seul d’entre eux sera retenu pour participer à la finale nationale.

La candidate du jour : Hai-Ha Le

Université de Lyon 1

Sciences de la Vie - Evolution, Ecosystème, Microbiologie et Modélisation

Intitulé de la thèse : Optimisation de la prévention de la mort subite en France par simulation de scénarios médicamenteux sur populations virtuelles réalistes

Son parcours en quatre dates :

2007 - 2012 : diplôme de Pharmacologie au Vietnam

2012-2013 : Master recherche en biologie pharmaceutique à l’Université de Lyon 1

2013 - 2014 : master 2 de Pharmacologie et Modélisation à Lyon 1

2014 : début de la thèse

L’objet de la thèse en trois lignes :

La thèse de Hai-Ha vise à mieux prévenir la mort subite chez les patients atteints de diabète de type 2. Pour cela, trois étapes : identifier le risque, optimiser les stratégies thérapeutiques combinées et évaluer l’impact de ses stratégies sur la santé publique.

Pourquoi avoir choisi ce sujet ?

C’est un stage qui a donné accès à Hai-Ha d’aller en thèse et son sujet lui a d’ailleurs été proposé par son directeur. Mais la jeune femme s’est toujours beaucoup intéressée à la santé publique et notamment à la prévention des différentes maladies. Et puis, elle a aussi un intérêt plus intime au sujet : “ma grand-mère est diabétique et je me suis toujours dit que je travaillerais autour de tout ça...même si avant le master, je n’avais pas vraiment d’idée.” En outre, les recherches de Hai-Ha peuvent également être appliquées à d’autres pathologies comme le cancer.

Pourquoi vouloir participer au concours “Ma thèse en 180 secondes” ?

Pour Hai-Ha, le concours est un vrai challenge : “il s’agit d’améliorer mon français et de vaincre ma timidité.” Et puis aussi de rencontrer de nouvelles personnes venus d’autres horizons.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut