Alaa Koaik
© Elise Anne

Ma Thèse en 180 secondes : Alaa Koaik

13 doctorants. 13 thèses. 3 minutes, et pas une seconde de plus au chrono. L’Université de Lyon participe pour la troisième année consécutive au concours “Ma thèse en 180 secondes”. L’an dernier, Laurie-Anne Sapey-Triomphe et ses recherches sur le syndrome d’Asperger avait su convaincre le jury. Et cette année encore, 13 doctorants vont présenter leur projet lors de la finale lyonnaise qui a lieu le 28 avril prochain.

Avant de les découvrir en live sur scène, Lyon Capitale vous propose de les rencontrer en avant-première sur son site. Chaque jour, nous laissons la place à un doctorant et une thèse allant du génie civil aux neurosciences en passant par la chimie qui a trois minutes pour vous rendre passionnant son sujet, souvent pointu et remplis de mots techniques. Un seul d’entre eux sera retenu pour participer à la finale nationale.

Le candidat du jour : Alaa Koaik

Université Lyon 1

Sciences Exactes - Mécanique, Energétique, Génie Civil et Acoustique

Intitulé du sujet de thèse : Comportement mécanique des structures composite-béton (fibres de verre-béton)

Son parcours en trois dates :

2009 : bac de sciences général au Liban

2014 : Diplôme d’ingénieur de l’Université Libanaise, Faculté de Génie et diplôme de Master Recherche de l’INSA de Lyon

2014 : début de la thèse

L’objet de la thèse en trois lignes :

La thèse d’Alaa porte sur l’analyse du comportement mécanique de structures composite-béton, c'est à dire des interactions entre le béton et les fibres de verre. L’analyse et la résolution du problème que posent ses interactions se font par études expérimentales à deux échelles : au niveau des interfaces et à l’échelle d’un élément de structure.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

Au moment du bac, Alaa a longtemps hésité entre poursuivre des études de médecine et se tourner vers des études de génie civil. Il a finalement embrassé cette dernière voie parce que les études sont moins longues. Lors d’un stage, il a découvert la recherche : “mon stage a été une initiation à la recherche. Après mon master j’ai eu plusieurs offres et mon encadrant de stage m’a proposé ce sujet. Je voulais continuer dans le domaine des structures et cette thèse correspondait à mes attentes”. Contre toute attente, Alaa va finalement être "docteur".

Pourquoi vouloir participer au concours “Ma thèse en 180 secondes” ?

J’en ai marre de parler à des machines et à des ordinateurs, c’est le moment de parler aux gens”, ajoute le jeune homme. Parce que oui, Alaa adore la recherche mais il veut surtout communiquer avec d’autres.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut