voeu des échevins

Lyon : une manifestation contre le vœu des échevins

A Lyon, le 8 septembre sera marqué par le traditionnel vœu des échevins. Le maire de Lyon, Georges Képénékian remettra une offrande symbolique à la Vierge Marie en échange de la protection de la ville. Le collectif laïque Auvergne Rhône-Alpes dénonce une tradition électoraliste poursuivie par Georges Képénékian et organisera une manifestation ce jour-là.

Faut-il mettre fin au vœu des échevins à Lyon ? Le 8 septembre 2018, le collectif laïque Auvergne Rhône-Alpes organisera une manifestation en marge de cette cérémonie où Georges Képénékian viendra remettre une offrande symbolique à la Vierge Marie à Fourvière. Pour comprendre, cette tradition, il faut revenir dans le temps. Les processions pour demander protection à Notre-Dame sont une veille habitude en terres lyonnaises. Le 12 mars 1643, le prévôt des marchands (ancêtre de la fonction de maire) et quatre échevins demandent à la Vierge Marie de protéger la ville d’une épidémie de peste (il s’agissait en fait du scorbut). Ils promettent en échange de faire construire deux statues de la Vierge et de renouveler ces vœux chaque année, le 8 septembre, jour de la Nativité de la Vierge. Depuis, chaque année à Lyon, cette journée, c'est le traditionnel vœu des échevins. Ce dernier a connu quelques périodes d'interruption, disparaissant sous la Révolution, avant de revenir en 1848. A cette époque, le pouvoir municipal n'y participe plus, il reviendra durant la Première Guerre mondiale. En 1943, sous l'occupation allemande, le maire de Lyon, Georges Villiers, remet à nouveau l'écu. À la libération, Édouard Herriot refusera de continuer la tradition et envoie un adjoint. Il faudra attendre 1970 et Louis Pradel pour revoir le maire de Lyon monter à Fourvière le 8 septembre, ses successeurs feront de même.

"une opération électoraliste"

Depuis la séparation des Églises et de l’État en 1905, la question du maintien du vœu des échevins s'est régulièrement posée. Ce débat n'a pas attendu la manifestation du collectif laïque Auvergne Rhône-Alpes en 2017. Contrairement à ce que revendique ce dernier dans un communiqué, de nombreux Lyonnais n'ont pas découvert l’existence de cette tradition l'année dernière. Avec une nouvelle manifestation en 2018, le collectif souhaite "dénoncer la participation des élus de la république à la cérémonie des vœux aux échevins, opération purement électoraliste" et demande "le respect de la laïcité dans la ville de Lyon". Reste à savoir si cette manifestation sera, cette année, cantonnée aux seuls intéressés.

lire aussi : Quelles sont les origines et l’histoire du vœu des Échevins ?

à lire également
Fin 2017, nous rapportions que donner un ticket TCL déjà utilisé pouvait être puni d'une amende 150 euros. Alors qu'une manifestation est organisée à Lyon le 24 septembre contre ce que certains qualifient de "délit de solidarité", d'autres raisons ont pesé dans la décision du Sytral.
5 commentaires
  1. Khriss - 21 août 2018

    Au nom de la tradition on aurait encore des rois et des crucifix dans les ecoles. Le projet de la Republique c'est au contraire de rendre le pouvoir aux gens en respectant toutes les croyances par des pouvoirs publics neutres, afin de restaurer la confiance et d'intégrer tout le monde dans la Chose commune. Les pouvoirs publics peuvent bien être présents aux fêtes religieuses qui font partie de la vie sociale, mais passivement, avec discrétion et à condition que ce soit pour toutes les religions. Ici, il s'agit au contraire d'être un acteur se soumettant à une autorité religieuse spécifique, la dite mère de Jésus. Sans discuter du fond religieux, à l'appréciation de chacun, la forme du moins interdit aux autorités de la République de se présenter ainsi. Imaginez qu'un élu musulman vienne égorger un mouton pour l'Aid ou qu'un maire orthodoxe demande la bénédiction d'une école publique à un pope... La laïcité, c'est pour tous. C'est le nouveau projet appelé à remplacer ces traditions qui excluent une partie de la population ou font douter de la neutralité des pouvoirs publics.

  2. Khriss - 21 août 2018

    Le juge administratif a d'ailleurs bien précisé ces points à propos des crèches de Noël installées dans le hall du conseil regional. Un sapin décoré serait peut être acceptable, mais pas la mise en scène officialisée de la naissance du créateur d'une religion. J'imagine que beaucoup de soutiens aux voeux des échevins seraient pareillement d'accord pour interdire une procession d'un maire musulman et de son bureau devant les reliques d'une mosquée, au pretexte par exemple que ces reliques sont de première importance culturelle ou que la population autour de la mosquée est majoritairement musulmane et historiquement attachée à ces reliques...

  3. Galapiat - 21 août 2018

    Comparaison infondées , Noël est fêté en France depuis la nuit des temps, fait partie de nos traditions l'Islam une religion importée avec l'arrivée récente et massive des peuples du Maghreb. Essaie donc de demander la fin du Ramadan à la Mecque sous prétexte qu'il ne fêtent aucune célébrations indou, chrétienne ou juive. je suis à contrario d'accord avec la fin du vœu des Échevins, l’autorité élu de la république n'a pas à se soumettre à une quelconque cérémonie religieuse quelle quelle soit , s'il participe ce doit être de façon anonyme. A trop vouloir purger nos traditions , faire de concession aux entrants, le pays perd son âme

  4. Galapiat - 21 août 2018

    je complète, dans un grand pays de "liberté" on condamne à la prison pour s'être plaint du bruit engendré par l'appel à la prière diffusé par haut parleur , alors les donneurs de leçons cessez d'attaquer la vie à la française à moins que la manipulation soit plus sournoise, déstabiliser notre mode de vie si agréable il n'est qu'à voir les râleurs de toutes origines désirant en profiter. Rien ni personne ne nous oblige à faire des procession, se rendre aux cérémonies , admirer crèches ou calvaires c'est bien comme ça. A nous de réagir face à cet obscurantisme qui voudrait que certains s'auto désignant comme plus républicains que les autres s'arrogent le droit de dicter LA voie à suivre . N'oublions pas "Les Républicains sont des hommes, les esclaves sont des enfants."

  5. Galapiat - 21 août 2018

    dès que les commentaires collent de trop près ou reflète la réalité , ils sont en attente de modération, , on verra bien.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut