© TD

Lyon : un habitant sur trois prêt à abandonner sa voiture ? Mais...

Selon une étude commandée par le service d'autopartage Drivy, 32 % des Lyonnais seraient prêts à abandonner leur voiture, avec de gros "si" et "mais". Même si de tels sondages ont toujours leurs limites, quelques questions soulevées ne manquent pas d'intérêt.

En temps normal, nous ne reprenons pas les études publicitaires, ces sondages commandés par des marques et entreprises qui bénéficient ainsi d'une couverture médiatique. Ces études ont souvent leurs limites, avec des questions parfois orientées en fonction du secteur de la marque qui est derrière. Ainsi, bien qu'il s'agisse d'une étude commandée par une entreprise, celle du spécialiste de l'autopartage Drivy sur la place de la voiture en ville à Lyon apporte quelques données qui ne manqueront pas d'ouvrir le débat à moins d'un an des élections municipales et métropolitaines.

80 % qui n'en peuvent plus de la voiture...

Ce sondage a été réalisé par Harris interactive pour le compte de Drivy By Getaround, avec un échantillon de 500 personnes à Lyon. On y apprend ainsi que 80 % des sondés lyonnais indiquent avoir "ras-le-bol" des nuisances causées par l'automobile, citant la pollution, l'occupation de l'espace public par les voitures et la congestion parmi les points majeurs. 83 % des sondés estiment que leur qualité de vie s'améliorerait si le nombre de voitures diminuait. Par ailleurs, ils attribuent la note de 4,8/10 à la politique menée par la ville de Lyon pour réduire la congestion.

Sondage mené par Drivy oblige, quelques questions portent sur l'autopartage, dont 70 % des sondés ont une image positive et 80 % estiment que les élus doivent faire plus pour favoriser le développement de ces services. À Lyon, il y a bien sûr Drivy pour la location entre particuliers, mais aussi Bluely avec ses voitures électriques, et LPA Citiz / Yea !.

... mais seulement un Lyonnais sur trois prêt à lâcher SA voiture

Si le "ras-le-bol" prime, ce n'est pas une majorité qui va arrêter de prendre sa voiture selon ce sondage. Sur la zone de Lyon, 22 % des sondés se disent prêts à abandonner leur voiture si des solutions de mobilités plus efficaces sont proposées, ils sont 32 % dans le centre-ville. À Paris, ce chiffre monte à 50 %, 43 % à Londres. Les solutions de mobilités qui permettraient à ces 32 % de sondés de franchir le pas sont l'amélioration des transports en commun (51 %), la mise en place de service d'autopartage (31 %), le vélo ou la moto (12 %), scooters et vélos électriques en libre service (10 %) et enfin applications VTC et taxis (7 %).

Que faire de l'espace public libéré ?

Un consensus final des sondés reste intéressant à quelques mois des élections. Interrogés sur un scénario où l'espace public dédié à la voiture était libéré grâce à l'autopartage (toujours un sondage Drivy !) et sur le devenir de telles zones : 93 % aimeraient y voir des espaces verts, 87 % des zones piétonnes et 78 % des voies de circulation réservées aux transports en commun, covoiturage et autopartage.

Dans une note d'analyse, Quentin Lestval, directeur général France de  Drivy souligne : "Il est évident que cette étude doit inciter les élus lyonnais ainsi que les candidats aux élections municipales à faire encore plus pour réduire ces nuisances, limiter le nombre de voitures, et ainsi libérer de l’espace public pour rendre Lyon plus vert, plus agréable à vivre et donc plus durable".

La mobilité sera au cœur des débats lors des prochaines élections municipales et métropolitaines à Lyon. Quand les questions de pollution ou de congestion s'invitent régulièrement dans les programmes, celles de l'occupation de l'espace public et du ratio entre m² au sol et nombre de personnes transportées, ou du temps passé stationnés sans être utilisés, semblent souvent oubliées.

à lire également
d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut