Lyon : un blogueur sauvagement agressé, la vidéo publiée en ligne

Le blogueur Bassem Braiki a été violemment agressé par plusieurs personnes la nuit dernière à Vénissieux. Le rappeur Sadek a confirmé avoir participé à ce passage à tabac. Une enquête a été ouverte par le parquet de Lyon.

Les images sont d'une violence rare. Le blogueur controversé Bassem Braiki, originaire de Vénissieux, a été tabassé dans la nuit de lundi à mardi près de son domicile par au moins quatre personnes selon plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux. La victime a été frappée à coups de pieds et de poings et avec une matraque télescopique. Elle a été laissée le visage en sang sur le sol puis hospitalisé dans la région lyonnaise. Ses jours ne sont pas en danger. 

L'un des agresseurs a reconnu les faits à visage découvert. Il s'agit du rappeur Sadek, qui s'est filmé dans son véhicule après l'agression, les mains couvertes de sang. Selon le journal Le Parisien, une enquête a été ouverte pour “violence avec arme et en réunion” par le parquet de Lyon.

Le week-end dernier, le rappeur originaire de la région parisienne devait venir à Saint-Priest pour un showcase. L'événement avait été annulé après des menaces de perturbations venues des réseaux sociaux. Un procédé similaire qui avait conduit à l'annulation de la venue de Booba en 2016. Au centre de cet accrochage numérique : Bassem Braiki et le rappeur Sadek.  

Ce mardi matin, ce dernier s'est exprimé dans une vidéo publiée sur son compte Instagram déclarant “avoir cédé comme un imbécile à la violence et à la haine”, car il n'avait pas “supporté les menaces”. Il a par ailleurs assuré qu'il assumerait son acte. Il encourt jusqu'à sept ans de prison et 100 000€ d'amende si l'ITT de la victime est inférieure ou égale à huit jours. La peine peut être portée à dix ans d'emprisonnement et 150 000€ d'amende si l'ITT dépasse ces huit jours.

à lire également
Alors que le Rhône et Auvergne-Rhône-Alpes sont classés en vert pour la deuxième phase du déconfinement, le bilan de ce 28 mai peut être considéré comme encourageant. On compte seulement 14 nouvelles hospitalisations en région. 
2 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 11 février 2020

    "la violence et la haine"...
    Oui mais il n'y a toujours pas de cours de psycho dans toutes les écoles pour expliquer que la violence n'est pas une preuve de raison ou de super puissance, mais juste l'expression d'une frustration intellectuelle momentanée.
    Cette personne a été "très frustrée" de voir sa venue à Lyon annulée, alors il a utilisé la violence plutôt qu'une façon écrite ou orale. Mais des gouvernements de par le monde sont aussi très frustrés lorsque d'autres ne font pas ce qu'ils veulent, et ils envoient la police/armée pour leur faire "entendre raison" :o)
    Il est temps de remettre à plat notre société.

  2. JANUS - 12 février 2020

    Abo / encore une de tes explications socio/psycho. C'est un vice éducatif !

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut