Trafic sous le tunnel ©Tim Douet

Lyon : plus de 100 heures perdues en 2019 pour les automobilistes

L'INRIX a livré son classement des villes les plus embouteillées. La situation de Lyon reste stable, même si les conducteurs ont perdu plus de 100 heures dans les bouchons et se sont déplacés à des vitesses équivalentes à celle d'un vélo.

Chaque année, le classement de l'INRIX des villes les plus embouteillées au monde est largement attendu. Mais l'édition 2020, publiée en mars avec les données 2019, est relativement passée inaperçue à cause du confinement.

Ainsi, selon ce spécialiste des flux, Lyon est la 15e ville d'Europe la plus embouteillée (39e à l'échelle mondiale). En France, elle se classe en troisième position derrière Paris (7e dans le monde) et Bordeaux (31e).

L'INRIX indique que les conducteurs lyonnais ont perdu 105 heures dans les bouchons de l'agglomération en 2019 (165 heures pour les Parisiens, 125 heures pour les Bordelais). Des chiffres élevés qui restent stables par rapport à 2018

Vélo en vert, TCL en rouge

Par ailleurs, deux indicateurs sont ajoutés cette année : la fluidité pour les déplacements à vélo, et celle pour les alternatives en transports en commun. Le premier est en "vert", tandis que le second est en "rouge", s'expliquant en partie à cause de l'absence de site propre pour certaines grandes lignes de bus qui se retrouvent dans la même congestion que les voitures.

Cette situation devrait être prochainement réglée notamment avec les voies dédiées sur la M6/M7. De même, la notion de "perte de temps" reste moins prégnante pour les transports en commun avec la possibilité pour les voyageurs d'utiliser leur trajet pour faire d'autres choses sans devoir se concentrer sur la route (lecture, série/film, web...).

Enfin, autre donnée intéressante. Selon l'INRIX, pour les automobilistes, la vitesse moyenne lors du dernier "mile" (1,6 km) vers la ville en heure de pointe est de 16 km/h. Or, selon les données de circulation, la vitesse moyenne à vélo dans l'agglomération est autour de 15 km/h, sans perte de temps liée à la recherche d'un stationnement et avec l'avantage d'un déplacement quasi porte à porte. Cette vitesse pourrait tendre vers l'augmentation ces prochaines années avec des solutions de type réseau express vélo (REV).
1 commentaire
  1. Signaler un commentaire inapproprié
    Pije - 9 juillet 2020

    Contrairement à votre affirmation Monsieur Deligia, je considère que je perd du temps dans les transports en commun (que j'utilise au quotidien) quand la circulation n'est pas fluide et je ne pense pas être le seul à avoir ce ressenti.
    Concernant la vitesse moyenne à vélo, je suis surpris de la valeur (15 km). S'il s'agit bien d'une vitesse moyenne, les temps d'arrêt obligatoire et les phases de décélération et d'accélération sont donc compris. J'ai l'impression si ce chiffre est vrai que nous avons des champions cyclistes à Lyon.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut