Lyon : Petit Paumé 2020, de nouvelles critiques font polémiques

La polémique autour de l'édition 2020 est très loin d'être retombée. D'autres textes qui posent problème commencent à ressortir avec des propos qui interrogent sur le guide des étudiants de l'EM Lyon.

L'édition 2020 du guide du Petit Paumé ne restera pas dans les mémoires pour de bonnes raisons. Depuis plus de 24 heures, la polémique ne retombe pas suite à la publication d'une critique qui a suscité l'indignation. À propos d'un établissement situé à la Guillotière, on pouvait lire : "Alors que je fuis une bande de rebeus place Guillotière, je m’engouffre, un peu par hasard à ho36. Bonne pioche ! Des jeunes blancs qui travaillent sur leurs ordis, tout en sirotant un bon café latte. Je vais pouvoir me fondre dans la masse". Le directeur de l'EM Lyon, établissement dont certains étudiants réalisent le Petit Paumé, a annoncé qu'un conseil de discipline aller se tenir. Du côté de la rédaction 2020 du guide, on plaide "la maladresse", dans un communiqué d'excuses (lire ici). Mais cette critique qui fait polémique pourrait bien n'être que l'arbre qui cache la forêt. D'autres interrogent désormais et suscitent de vives réactions.

De nouvelles critiques polémiques

Ainsi, sur un bar à Chicha, on peut lire : "Enfin un Émirat où la Sharia n'est pas appliquée, chicha au goût beurette de kalité. Ces princesses égyptiennes ont un de ces paniers à crotte !". Sur un restaurant asiatique (sur le site web du guide) : "Des Bò bún aussi explosifs que les bombes qui tombaient sur Hanoï en 1972".  À propos d'un pub : "En même temps, l'Irlande et l'Angleterre, c'est un peu le même délire : des roux qui mangent des fish and chips aromatisés à la bière et sortent en titubant à 21h en pleine semaine". Le restaurant de Grégory Cuilleron, "Cinq mains" est lui aussi l'objet d'une phrase qui interroge : "Comme quoi on peut être manchot sans avoir à faire la manche dans le métro".

En 2018 déjà, une fausse citation du tueur de masse avait déjà déclenché une polémique (lire ici) : "J'aime bien les îles, il n'y a pas moyen de fuir". Désormais sous le feu des projecteurs et objet de toutes les attentions, y compris en dehors de Lyon, le Petit Paumé pourrait avoir du mal à s'en sortir en invoquant la maladresse.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut