Gare Perrache @Métropole de Lyon

Lyon : le nouveau visage de Perrache

Souvent promise la réhabilitation de Perrache va débuter durant ce mandat.

C’est la cerise sur le gâteau du plan des écologistes pour remodeler le centre-ville de Lyon. Les majorités vertes de la Métropole et de la Ville ont présenté au début de l’été leur plan de réaménagement du centre d’échanges de la gare de Perrache. La feuille de route avait été lancée par Gérard Collomb lors des précédents mandats, mais il s’était cassé les dents sur ce dossier complexe. Considérés depuis une dizaine d’années comme une verrue au milieu de la Presqu’île, la gare et le centre d’échanges ont souvent vu leur requalification remisée à plus tard. Accolés à la gare, ils nécessitent le concours de la SNCF, de l’État et de la Région. Les écologistes ont choisi de découpler le centre d’échanges, propriété de la Métropole, de la gare pour enfin avancer.

Verrue

À défaut de raser le centre d’échanges pour le reconstruire, une solution onéreuse et qui aurait coupé la circulation sur l’axe M6-M7, le projet retenu va faire sauter les grands escalators puis la passerelle orange menant à l’entrée de la gare. La traversée de Perrache se fera à l’avenir au rez-de-chaussée et une trouée dans le bâtiment donnera une perspective. Elle raccordera aussi la place Carnot au cours Charlemagne au sud. “La métamorphose du centre d’échanges est attendue par les Lyonnaises et les Lyonnais. Elle est également une exigence urbaine si nous souhaitons rétablir les continuités historiques entre le nord et le sud de la Presqu’île et poursuivre le réenchantement de la Confluence”, estime Grégory Doucet. Ce réaménagement pourrait aussi donner un coup de fouet à une rue Victor-Hugo qui a perdu de son lustre depuis une quinzaine d’années.

La gare attendra

Pour financer ces travaux (plus de 100 millions d’euros), la Métropole va céder, via un bail emphytéotique de 99 ans, la propriété du centre d’échanges de Perrache à un groupement d’aménageurs qui, pour rentabiliser son investissement, disposera de 25 000 m2 de surfaces tertiaires en plein cœur de la Métropole. “Le centre d’échanges est aujourd’hui un lieu de transit. Demain, avec les espaces de coworking, les commerces ou des activités, comme un hôtel, il peut devenir un lieu de destination. Les terrasses végétalisées seront aussi accessibles aux Grand-Lyonnais”, assure Béatrice Vessiller, vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme. Les travaux devraient commencer au début de l’année 2024 pour une livraison espérée en 2028.
Les travaux de réaménagement de la gare sont, eux, en stand-by. La Région s’est désengagée du lifting de Perrache. “Cette gare peut être très importante pour le développement d’un RER métropolitain. À Perrache, nous avons la possibilité de faire passer plus de trains. Nous avons une réserve d’une capacité d’une centaine de milliers de voyageurs par jour”, projette Jean-Charles Kohlhaas. Sous la gare et le centre d’échanges, la Métropole prévoit de fermer au moins l’une des sept trémies, qui seront désaimantées dans les années à venir, à la circulation routière au profit des modes doux.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut