Lyon : le Mrap dénonce un harcèlement de policiers après des expulsions

Après l'incendie qui a touché le squat "Metifiot", situé avenue Mermoz, dans lequel vivait près d'une centaine de personnes, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) a demandé l'ouverture d'une enquête sur les origines de l'incendie et sur l'intervention des forces de l'ordre.

Ce jeudi 7 juillet, le squat de l'avenue Mermoz occupé par une centaine de personnes originaires de Roumanie et d'Albanie a été incendié après un jet de cocktail Molotov. Aucun occupant n'a été blessé, mais tous se sont retrouvés à la rue et ont investi un autre squat occupé depuis plusieurs mois à Villeurbanne.

Un squat d'où ils ont été expulsés ce dimanche "sans aucune décision de justice", dénonce le MRAP. "Selon plusieurs témoins, les policiers auraient arrosé les matelas avec de l'huile de vidange trouvée sur place pour empêcher les familles de revenir dormir. Plusieurs militants ont pu constater sur place les matelas et les pièces souillés par l'huile", rapporte l'association qui dénonce un "harcèlement de policiers qui agissent sans aucune base juridique dans un bâtiment dont le propriétaire attend une décision de justice".

C'est dans ces circonstances que le MRAP a demandé "l'ouverture immédiate d'une enquête sur les conditions dans lesquelles plusieurs équipages de police sont intervenus dimanche à Villeurbanne et les agissements auxquels ils se sont livrés" ainsi que "l'ouverture immédiate d'une enquête sur les conditions dans lesquelles des individus ont incendié le squat de la rue Mermoz."

à lire également
Façade du QG de Gérard Collomb à Lyon après le passage de Greenpeace
Ce mercredi matin, la façade du QG de campagne de Gérard Collomb à Lyon a été redécorée par Greenpeace. L'OGN lui demande de s'engager dans la lutte contre la pollution et d'abandonner le projet "écocide" et "climaticide" de l'Anneau des sciences. 
1 commentaire
  1. Marine - 11 juillet 2016

    Ces pauvres policiers, tout le monde tape sur leur tête. Toutes ces associations qui n'existent que par des subventions de l'état, des mairies, de la métropole, donc des impôts (même ceux des policiers) ne sont jamais contentes.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut