Guy Corrazol
© Tim Douet

Lyon : la ville investit dans de nouveaux groupes scolaires

Lors du conseil municipal du 28 mai prochain, un plan d'investissement de 25 millions d'euros dédié aux écoles va être voté. Il devrait, entre autres, permettre la mise en place de nouveaux groupes scolaires et de travaux d'aménagement.

Actuellement, la ville de Lyon compte 200 écoles publiques pour 38 000 élèves, dans plus de 1470 classes. Cependant au vu de l'attractivité et du dynamisme dont la ville fait preuve, les effectifs d'enfants scolarisés ne cessent d'augmenter : la croissance démographique à Lyon se traduit par une augmentation moyenne de 5 800 habitants par an, et environ 185 élèves de plus par an. Ainsi, depuis 2001, une douzaine d'établissements ont déjà été construits. Le 28 mai prochain, à l'occasion du prochain conseil municipal, un plan d'investissement à hauteur de 25 millions d'euros va être voté. Son but est en partie de permettre la construction de nouveaux groupes scolaires. "L'éducation est une vraie priorité pour la Ville, il s'agit de l'avenir de nos enfants. Le scolaire constitue le premier budget de la Ville" affirme le maire de Lyon, Georges Képénékian, entouré de Michel Le Faou, adjoint délégué à l’aménagement, à l’urbanisme, à l’habitat et au logement, et de Guy Corazzol, adjoint au Maire délégué à l'éducation.

Trois nouvelles écoles déjà prévues d'ici 2020

Pour deux d'entre elles, les travaux ont déjà débuté. La première, le groupe scolaire des Girondins, prendra place dans le 7e arrondissement, quartier en pleine mutation démographique et immobilière. L'école sera située au nord de Gerland et comprendra dix-huit classes. En attendant son ouverture en septembre 2019, une école provisoire avait été mise en place en 2016. Pour la rentrée 2019 également, un autre groupe scolaire les portes de ses dix-huit classes dans le 8e arrondissement. Le dernier desservira le quartier Vaise - Gorge de Loup (9e arrondissement) et ouvrira en septembre 2020.

Avec le plan d'investissement qui sera bientôt voté, deux autres groupes scolaires devraient voir le jour avant 2020, l'une dans le 7e arrondissement, dans l'enceinte du parc Blandan, et l'autre dans le 8e arrondissement. Sur le long terme, le maire de la Lyon prévoir de mettre en place des projets qui naîtront lors du prochain mandat, dont ceux de cinq écoles dans les quartiers de Lyon 7e, Lyon 8e, et Confluence.

Des aménagements pour la restauration

Alors que de nombreuses cantines scolaires de Lyon sont encore en grève, Georges Képénékian assure que de nombreux travaux d'aménagements seront réalisés dans les restaurants scolaires dont la plupart seront transformés en selfs. Cela devrait, a priori, permettre aux agents scolaires et périscolaires un meilleur cadre de travail ainsi qu'une meilleure qualité de vie pour les élèves. Quant à l'alimentation, elle devrait être de meilleure qualité et composée de plus d'aliments bio.

En ce qui concerne le retour à la semaine de quatre jours qui fait polémique, le maire de Lyon assure que "le retour à une semaine de quatre jours ne signifie pas que le dispositif sera le même que ce qu'il était avant, il y aura une nouvelle organisation. Évidemment chaque changement entraîne forcément des inquiétudes, mais nous travaillons quotidiennement à de nouveaux modes d'organisation pour rassurer tous les agents scolaires. Par ailleurs, tous les directeurs d'éducation ont été consultés lors de la décision de revenir à la semaine de quatre jours."

Plusieurs partenariats public-privé

Avec un investissement supplémentaire de 25 millions d'euros, le budget de la Ville pour le scolaire s'élèvera à 157 millions d'euros (100 millions pour la construction de nouvelles écoles et 57 pour les travaux d'aménagements/restauration). Malgré tout, la Ville fait appel au privé pour le financement de projets dans certains quartiers en mutation. "La participation du privé s'élève généralement à 50 % environ du financement, mais cela reste en fonction des besoins générés" affirme Michel Le Faou. Par exemple, le projet du groupe scolaire des Girondins (Lyon 7e), d'un coût de 16,8 millions d'euros, a été confié au groupement Bouygues et Babylone Architecte. Celui du groupe scolaire Berliet (8e arrondissement), dont le coût est quant à lui de 19,2 millions d'euros, a été confié au groupe Eiffage Construction et à l'atelier Didier Dalmas.

1 commentaire
  1. Abolition_de_la_monnaie - 17 mai 2018

    Partenariat Public-Privé ?
    C'est à dire ?
    Le contrat dit quoi ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut